1976

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Années :
1973 1974 1975  1976  1977 1978 1979

Décennies :
1940 1950 1960  1970  1980 1990 2000

Siècles :
XIXe siècle  XXe siècle  XXIe siècle

Millénaires :
Ier millénaire  IIe millénaire  IIIe millénaire


Chronologie mensuelle :
Jan - Fév - Mar - Avr - Mai - Juin
Juil - Aoû - Sep - Oct - Nov - Déc


Chronologies thématiques :
Aéronautique  Architecture  Automobile  Bande dessinée  Chemins de fer  Cinéma  Droit  Football  Jeu vidéo  Littérature  Musique  Santé et médecine  Science  Sociologie  Sport  Théâtre  TV


Autres calendriers :
Romain  Chinois  Grégorien  Hébreu  Hindou  Musulman  Persan  Républicain

Cette page concerne l'année 1976 du calendrier grégorien.

Sommaire

[modifier] Événements

[modifier] Afrique

  • Rhodésie du Sud : la ZANU (soutenue par la Chine) et la ZAPU (aidée par l’Union soviétique) s’unissent dans le Patriotic Front reconnu par l’OUA comme le seul représentant du peuple du Zimbabwe.
  • Conflit entre partis nationalistes en Angola. Victoire des marxistes du MPLA avec l’aide de Cuba.
  • Réforme constitutionnelle au Sénégal instaurant un multipartisme limité à trois partis ; l’USP devient Parti socialiste, membre de l’internationale socialiste.
  • « Complot peul » en Guinée.
  • Zaïre : rétrocession à leurs propriétaires des entreprises et biens étrangers « zaïrianisés ».
  • Création d’une banque centrale par l’UDEAC (Union Douanière et Economique de l’Afrique centrale).
  • L’OUA adopte la Charte culturelle de l’Afrique.

[modifier] Amériques

  • 11 janvier : Coup d’État militaire en Équateur : La chute des prix du pétrole en 1975, l’agitation sociale et les critiques de la bourgeoisie entraînent la chute du général Rodríguez Lara. Virage vers le conservatisme. La junte au pouvoir réprime l’agitation sociale, sans trouver de solution à la crise économique et organise la dévolution du pouvoir aux civils. Les pressions du patronat demandant une dérégulation de l’économie et la mise en place d’un système de concertation sont déterminantes dans le choix du « retour constitutionnel » (retorno constitucional).
  • 4 février : Tremblement de terre au Guatemala et Honduras de magnitude 7.1, 23 000 morts.
  • En Bolivie, les pressions du président Jimmy Carter et de tous les secteurs sociaux contraignent Banzer à chercher une issue politique.

[modifier] Argentine

  • Paroxysme du chaos économique et de la violence politique en Argentine.
  • 16 février : Isabel Perón dissout le Parlement et convoque de nouvelles élections, mais dès le 24 mars, l’armée renverse la présidente et place le général Jorge Videla à la tête de l’État.
  • 24 mars : début de la dictature de Videla en Argentine (fin en 1981).
    • La corruption, la crise économique et le mouvement terroriste d’extrême gauche des Montoneros servent de prétexte au pronunciamiento. Videla lance un processus de réorganisation nationale qui s’assigne comme objectif de sauver la nation : purge de l’université et de ses professeurs, étudiants et bibliothèques, exil d’artistes, censure, « disparition » de toute personne suspecte de sympathie avec la gauche ; des milliers de personnes sont torturées, exécutées ou portées disparues.
    • Le général Videla présente des mesures d'assainissement économique inspirées par les économistes de l'École de Chicago (Milton Friedman et Cie). Il dévalue immédiatement la monnaie nationale, réduit les salaires, met un terme au contrôle des prix et aux subventions, supprime les monopoles publics, libère les des échanges extérieurs et ouvre l'économie à la concurrence mondiale. Libérés de la tutelle de l'État qui ponctionnait d'importantes marges sur les exportations de produits agricoles, les agriculteurs sont satisfaits, mais les industriels ne parviennent pas à supporter le choc et les faillites se multiplient. En raison de l’entrée massive de capitaux, la masse monétaire en circulation est plus difficile à contrôler qu’au Chili et le gouvernement militaire ne parvient pas véritablement à domestiquer l’inflation tout en freinant la croissance une année sur deux. Finalement devant les difficultés, les capitaux s'enfuient : 20 milliards de dollars quittent le pays entre 1976 et 1984, pour une dette s’élevant à 45 milliards.

[modifier] Canada

[modifier] Chili

    • Débat politique sur l’avenir du régime au sein de la coalition au pouvoir. Il oppose les duros, partisans de la continuité et les blandos, modérés qui prétendent qu’une institutionnalisation minimum est nécessaire afin de consolider la légitimité du régime à l’intérieur comme à l’étranger. Des « actes constitutionnels » sont élaborés qui légalisent la junte au pouvoir.
    • La monnaie nationale, l’escudo devient le peso, et les taux de change sont constamment ajustés en fonction de l’inflation. Mesures de désarmement tarifaire. Limitation des transferts vers les entreprises publiques. Au total, 492 des 507 entreprises publiques seront vendues à bas prix. Le Pays connaît une croissance moyenne exceptionnelle de 6,9% par an entre 1976 et 1981.
    • Le Chili de Pinochet, désireux de favoriser les investissements européens et américains, se retire de la Communauté andine des Nations.

[modifier] États-Unis

  • Avril : Création du Committee on the Present Danger pour stigmatiser l’érosion des dépenses militaires.
  • 4 juillet : Bicentenaire de l'indépendance américaine.
  • A la fin de l’année, la détente est si durement dénoncée par Ronald Reagan, son adversaire à l’investiture au parti républicain, que Gerald Ford finit par interdire l’usage de ses conseillers, au profit de celui de « paix par la force » et de nommer une nouvelle équipe (Team B) pour réviser à la hausse les estimations que la CIA avait jusqu’alors donné de l’effort militaire de l’URSS.
  • 2 novembre : Élection de Jimmy Carter (démocrate) comme président des États-Unis avec 50,1% des voix (40,8 millions) contre Gerald Ford (R) 48% (39,2 millions). (47% d’abstentions).
  • Rapport de la Commission Trilatérale sur « La gouvernance des démocraties ».
  • 8% de la population active est au chômage.

[modifier] Mexique

[modifier] Uruguay

  • 12 juin : Uruguay : Juan María Bordaberry, peu avant la fin de son mandat, suggère d’interdire les partis traditionnels pour les remplacer par un système corporatiste de représentation des grands courants d’opinion. Les militaires refusent et remplacent Bordaberry par Alberto Demichelli puis Aparicio Méndez.
  • 1er septembre : Aparicio Méndez, président de l'Uruguay (fin en 1981). Le régime tente de s’institutionnaliser. Méndez interdit à 15 000 dirigeants des partis traditionnels toute activité politique pour une durée de 15 ans. L’objectif et de favoriser l’émergence d’une nouvelle classe politique que le régime autoritaire escomptait coopter. Curieusement les militaires ne font aucun effort pour rallier des partisans et constituer un parti.
  • Décembre : L’Uruguay, avec 3 millions d’habitants, compte 6 200 prisonniers politiques.

[modifier] Asie

  • 15 avril : Rétablissement des relations diplomatiques entre l'Inde et la Chine.
  • 15 mai : Rétablissement des relations diplomatiques entre l'Inde et le Pakistan.
  • 24 juin : L'Indonésie annexe le Timor oriental.
  • Novembre, Inde : Un amendement à la Constitution est adopté par l’Assemblée. Il renforce les prérogatives de l’exécutif et modifie l’équilibre des pouvoirs en faveur des assemblées et notamment du Parlement central. L’Inde devient une république « souveraine, socialiste, laïque et démocratique ».

[modifier] Indochine

  • 4 avril, Cambodge : Norodom Sihanouk, réinstallé au pouvoir en 1975, démissionne. Khieu Samphân et Pol Pot conduisent le Kampuchéa démocratique. Pendant les quatre années du pouvoir khmer rouge, plus d’un million de Cambodgiens sont tués et les minorités ethniques sont massacrées ou périssent de faim et de maladie. Les classes politiques et intellectuelles du pays sont anéanties et l’économie est réduite à néant.
  • Avril : Élections en Thaïlande.
  • 2 juillet : Élection d’une Assemblée nationale unique au Vietnam. Elle proclame la réunification officielle du Vietnam qui devient une république socialiste avec Hanoi pour capitale. Les États-Unis refusent de reconnaître le nouveau gouvernement. En l’absence de relations diplomatiques, le Vietnam se retrouve complètement isolé des pays Occidentaux et se tourne vers l’URSS.
  • Septembre, Thaïlande : Le retour de l’ancien Premier ministre Thanom Kittikachorn, qui était en exil à Singapour, provoque à Bangkok des luttes sanglantes entre étudiants de gauche et partisans de Thanom, favorables à la droite.
  • 6 octobre : Massacres des étudiants en Thaïlande. Coup d'État militaire contre le Premier ministre Seni Pramoj. Alors que les troubles gagnent en ampleur, un groupe militaire, mené par l’amiral Sangad Chaloryu, prend le contrôle du pays et met en place un gouvernement conservateur dirigé par Tanin Kraivixien.
  • Recensement et rééducation au Sud Vietnam : la masse des anciens soldats et des fonctionnaires sud-vietnamiens suit un stage léger de trois jours, mais les dirigeants subissent une rééducation plus lourde dans des camps à l’écart.
  • Le gouvernement vietnamien tente avec difficulté de désengorger l’agglomération de Saigon où se sont accumulés des réfugiés fuyant les zones de combat pendant le conflit (10 millions de ruraux déplacés vers les zones urbaines).

[modifier] Chine

  • Jiang Qing, épouse de Mao, obtient, après la mort de Zhou Enlai (8 janvier) et l’incident de la place Tian'anmen consécutif (avril), que son dauphin Deng Xiaoping soit écarté du pouvoir et contraint de se cacher pour échapper à sa vindicte.
  • 28 juillet : Tremblement de terre en Chine (T'Ang Chan) de magnitude 8.0 plus ou moins 0.2, 240 000 morts.
  • 9 septembre : Mort de Mao Zedong, qui laisse une situation politique et économique difficile. La situation de renverse.
  • 9 octobre : Chine : Arrestation de la bande des quatre.
    • En octobre, Hua Guofeng, héritier désigné de Mao, cumule les titres de Premier ministre, de Président de la Commission militaire et du Comité central du parti Communiste. Il fait arrêter la « bande des quatre », Jiang Qing en tête. En s’appuyant sur l’armée, il rétablit l’ordre dans les provinces. Hua Guofeng se présente comme un maoïste de stricte obédience : il faut défendre tout ce qu’a décidé Mao, obéir à toutes ses directives. Dénué de prestige et d’imagination, il n’est pas en mesure d’imposer son autorité et doit s’effacer devant Deng Xiaoping (1977).
  • Le Tibet bénéficie d'une petite dose de tolérance, en particulier religieuse.

[modifier] Europe

  • La république populaire d'Albanie prend ses distances avec la Chine.
  • Le Premier ministre belge Leo Tindemans propose d’augmenter les pouvoirs des institutions communautaires. Il propose de créer un centre de décision unique qui effacerait la distinction entre les réunions ministérielles de coopération politique et de caractère communautaire. La politique extérieure commune serait soumise à la majorité et non plus à l’unanimité. Il admet une Europe à deux vitesses, les uns progressant plus vite vers l’union et prône un renforcement des obligations concernant la politique budgétaire et monétaire et un développement des politiques sectorielles. L’Europe devrait aussi garantir les droits de ses citoyens et permettre la libre circulation des personnes.
  • Dixième plan quinquennal en Union soviétique (1976-1980). Il réaffirme la priorité accordée à l’industrie lourde, qui bloque toute velléité de réorientation économique.
  • Espagne : 21% des actifs travaillent dans le secteur primaire. 40% dans le tertiaire.

[modifier] France

Article détaillé : 1976 en France.

[modifier] Italie
  • 2 janvier : Enrico Berlinguer soutient le gouvernement Moro qui est lâché par ses partenaires du PSI.
  • 7 janvier : Aldo Moro démissionne pour former un nouveau gouvernement DC le 11 février.
  • La nouvelle campagne électorale se déroule dans un contexte d’assassinat et d’affrontement.
  • 20 juin : Élections politiques : le PCI augmente son score avec 34,4% des voix, la DC se maintient à 38,7% mais tous les autres partis perdent des voix, y compris le PSI qui passe de 12 à 3%. Compte tenu de l’hostilité des États-Unis à l’arrivée de socialo-communistes au pouvoir, de l’instabilité économique et de la violence permanente entretenue par les groupuscules d’activistes, Enrico Berlinguer reste convaincu du bien-fondé d’un compromis avec la DC.
  • 10 juillet : Catastrophe de Seveso en Italie : Un nuage de dioxine se répand sur cette région de Lombardie, évacuée dans l’urgence.
  • 13-29 juillet : Le nouveau gouvernement dirigé par Giulio Andreotti bénéficie de la bienveillance des communistes et des socialistes sous le nom de « gouvernement de solidarité nationale ». Grâce à l’abstention des partis de l’« arc constitutionnel », il obtient l’investiture du Sénat (6 août) et de la Chambre (11 août).
  • L’échec des groupuscules révolutionnaires aux élections de 1975 (toute voie « légale » leur est fermée) et le compromis historique passé entre le PCI et la DC en 1976 (nombre de jeunes électeurs se sentant trahis), provoque la radicalisation du terrorisme italien à la fin des années 1970. À cela s’ajoute l’incroyable laxisme de la police dans la lutte anti-terroriste en 1976-1977. Des attentats des Brigades Rouges visant des policiers, des magistrats et des journalistes font plusieurs dizaines de morts en 1976-1978.
  • Emprunt d’un milliard de dollars à la CEE et de deux milliards à la RFA ; l’or italien est gagé auprès de la Bundesbank.
  • Amnistie offerte aux exportateurs italiens de capitaux, sous condition de rapatriement.
  • 14,3 milliards de dollars de dettes à l’étranger. Dévaluation de la lire (16%).

[modifier] Portugal
  • Le travail des enfants de moins de 14 ans est interdit.
  • La scolarité est obligatoire et gratuite de 6 à 14 ans.

[modifier] Royaume-Uni
  • 5 avril : Début du ministère travailliste de James Callaghan, Premier ministre du Royaume-Uni (fin en 1979).
    • Démission de Harold Wilson après l’échec de son projet de Contrat social (associer les syndicats à la lutte contre l’inflation). Il remplacé par James Callaghan dont le mandat est dominé par le problème des relations avec les syndicats.
  • Octobre : Grave crise monétaire. La Grande-Bretagne est placée sous la tutelle du FMI, qui lui octroie un prêt de 3,5 milliards de £ en échange d’une stricte politique d’austérité budgétaire et salariale. Le gouvernement travailliste de Callaghan cherche à limiter les besoins de financement du secteur public.
  • 1,5 millions de demandeurs d’emploi.
  • La Grande-Bretagne tombe au 18e rang par le PNB par habitant (5e en 1951).

[modifier] Océanie et Pacifique

[modifier] Proche-Orient

  • Les dernières concessions pétrolières sont abolies et nationalisées en Arabie saoudite.
  • Palestine : Les élections municipales dans les territoires occupés consacrent l’accession d’une nouvelle élite au détriment des notables traditionnels proches de la Jordanie. Elle appartient aux classes moyennes éduquées et son programme politique et proche de l’OLP.

[modifier] Guerre du Liban

  • Janvier : Reprise des combats au Liban avec le siège des camps palestiniens par les milices chrétiennes. Les camps sont pris d’assaut et leur population massacrée. L’OLP décide d’entrer dans l’épreuve de force.
  • 19 janvier : L’ALP, stationnée en Syrie et sous le contrôle de Damas, entre au Liban et s’installe dans la Bekaa.
  • 20 janvier : Hafez el-Assad propose officiellement sa médiation et avance un programme de réformes, le « document constitutionnel », destiné à réformer le pacte national de 1943 : parité des parlementaires entre chrétiens et musulmans, augmentation des pouvoirs du président de la République au détriment du président du Conseil, arrêt de l’accès au fonctions publique sur des bases constitutionnelles, confirmation des accords du Caire.
  • 14 février : Les chefs chrétiens acceptent le texte du « document constitutionnel » mais les forces progressistes de Kamal Joumblatt le refusent et demandent la démission de Soleimane Frangié. La Syrie y est totalement opposée. Les affrontements reprennent. Dans la Montagne, les chrétiens fuient les régions de cohabitation anciennes avec les Druzes devant les opérations des milices progressistes.
  • 9 avril : Des contingents de la Sa'iqa entrent au Liban et apportent leur soutient aux milices chrétiennes.
  • 8 mai : Grâce au soutient de la Syrie, Elias Sarkis est élu à la tête de l’État libanais.
  • 31 mai : 6000 soldats syriens entrent au Liban, précédant 6000 autres et combattent difficilement les forces palestino-progressistes.
  • En août, les forces palestino-progressistes dernières s’effondrent sous l’action commune des milices chrétiennes, de l’armée syrienne et du soutient israélien, entraînant de nouveaux massacres dans les camps. Le Mouvement national se reconstitue dans la Montagne. La LEA décide d’intervenir pour trouver une solution pacifique.
  • 16-18 octobre : Le sommet arabe de Riyad instaure un cessez-le-feu et crée une force arabe de dissuasion (FAD) dominée par les forces syriennes (40 000 hommes). Elle se déploie au Liban à partir du 14 novembre et instaure une paix relative.

[modifier] Arts & culture

[modifier] Sciences & techniques

Article détaillé : 1976 en science.
Article détaillé : 1976 en aéronautique.
Article détaillé : 1976 dans les chemins de fer.

[modifier] Sports

Article détaillé : 1976 en sport.
Article détaillé : 1976 en football.

[modifier] Naissances en 1976

[modifier] Janvier

[modifier] Fevrier

[modifier] Mars

[modifier] Avril

[modifier] Mai

[modifier] Juin

[modifier] Juillet

[modifier] Août

[modifier] Septembre

[modifier] Octobre

[modifier] Novembre

[modifier] Decembre

voir aussi:Catégorie:Naissance en 1976

[modifier] Décès en 1976

voir aussi:Catégorie:Décès en 1976