Wikipédia:AccueilLumièreSur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Vous avez de nouveaux messages (diff ?).
octobre 2006 Mettre à jour le cache décembre 2006

Cette page est consacrée à l’organisation et à la maintenance du cadre Lumière sur... de la page d’accueil.

Celui-ci est rempli par l'appel de {{Wikipédia:AccueilLumièreSur/{{CURRENTDAY}} {{CURRENTMONTHNAME}} {{CURRENTYEAR}}}} (ce qui signifie que son contenu est celui du Wikipédia:AccueilLumièreSur/date, où date est la date du jour courant (heure UTC)).

Instructions d’emploi

Ce modèle apparaît sur la page d’accueil. Il présente l’un de nos articles de qualité dont la liste exhaustive peut être consultée ici (Assurez-vous au préalable que le sujet n’a pas été traité trop récemment). Il peut ponctuellement attirer l’attention des visiteurs sur des projets Wikipédia.

Placez le texte que vous voulez faire apparaître dans le modèle correspondant au premier jour où il doit apparaître, puis mettez des redirects depuis les modèles des jours suivants vers ce modèle.

Recommandations : Une lumière doit rester concise et ne devrait pas excéder deux paragraphes (affichés en 5 ou 6 lignes environ sur une demi-largeur de page, comme sur cette page. Essayez de résumer pour éviter que la fenêtre ne prenne une place trop importante sur l’accueil. Le lecteur intéressé pourra toujours suivre le lien vers l’article complet pour de plus amples informations. L’image affichée devrait avoir une largeur de 200px environ en format paysage 3:2 ou 160px environ en format portrait 2:3 sans excéder une hauteur de 250px environ.

Notes :

  • Vous n’êtes pas le seul à vouloir les remplir, donc merci de ne pas tous les accaparer. :) Utilisez de préférence des articles ou portails de qualité, mais surtout pas des ébauches, ni des projets Wikipédia (on montre le contenu encyclopédique, pas la façon dont il est créé ou géré).
  • Assurez-vous quand vous créez un nouveau mois que les jours suivants la première date de parution contiennent bien une redirection vers ce premier jour.
  • Chaque section est dans une sous-page, certaines étant partagées entre plusieurs pages mensuelles. Pour éditer une section, cliquer sur le lien "modifier" à côté de son titre.
  • Les sous-pages journalières sont créées par BOT, donc merci de ne pas vous y essayer à la main sans précaution (il ne faut surtout pas oublier les #REDIRECT des jours suivants le premier jour de parution d’un article dès qu’un mois est ajouté).

Historique

Note : Les articles en gras ont été déjà utilisés plusieurs fois, il est préférable d’en choisir de nouveaux. Les articles préfixés d'une astérisque (*), bien que parus dans le passé, ne sont pas (ou plus) considérés comme articles de qualité (et sont peut-être en cours de recyclage).

      Préparation du calendrier pour novembre 2006

      Articles « Lumière sur... » à paraître sur l’accueil du mois de novembre 2006 :

      1er et 2 novembre 2006

      Bombardement du fort par les confédérés

      La bataille de fort Sumter désigne le bombardement des 12 et 13 avril 1861 qui visait à déloger la garnison qui occupait le fort Sumter à l’entrée de la baie de Charleston en Caroline du Sud. Cette bataille qui n'a pas fait de morts déclenche la guerre de Sécession (1861-1865) aux États-Unis, conflit plus meurtrier que toutes les autres guerres américaines réunies.

      Plus qu’une bataille militaire dont l’issue ne faisait aucun doute, les tractations politiques représentent le principal enjeu de la reddition du fort et de ses conditions. Pour les deux camps, il s’agit de galvaniser ses troupes et de rallier à sa cause les États encore indécis, le meilleur moyen étant de faire de l’adversaire un agresseur, en cas de guerre. Ce conflit oppose d’abord le gouverneur de Caroline du Sud, Francis W. Pickens, au président sortant, le démocrate James Buchanan ; puis à partir de mars le président Abraham Lincoln au président Jefferson Davis. L'attaque du fort par les rebelles après plusieurs mois de négociation provoque la mobilisation d'une armée par Abraham Lincoln et précipite le pays dans une guerre fratricide.

      Lire l’article

      3 et 4 novembre 2006

      Taoïsme

      Le taoïsme (道教 dào jiào « enseignement de la Voie ») est à la fois une philosophie et une religion chinoise. Plongeant ses racines dans la culture ancienne, ce courant se fonde sur des textes, dont le Dao De Jing (tao te king) de Laozi (Lao-tseu), et s’exprime par des pratiques, qui influencèrent tout l’Extrême-Orient. Il apporte entre autres :

      Ces influences, et d’autres, encouragent à comprendre ce qu’a pu être cet enseignement dans ses époques les plus florissantes.

      Lire l’article

      5 et 6 novembre 2006

      Cap Horn

      Le cap Horn est un cap situé à l’extrémité sud de l’archipel chilien de la Terre de Feu. Ce point est généralement considéré comme étant le plus méridional de l’Amérique du Sud. C'est aussi le plus méridional des grands caps, et il marque la frontière nord du passage de Drake. Pendant de nombreuses années, il a été un point de passage crucial des routes commerciales entre l’Europe et l’Asie. Elles étaient empruntées par les voiliers pour transporter les marchandises tout autour du globe, malgré les nombreux dangers que présentaient les eaux océaniques autour du cap : tempêtes, vagues géantes, présence possible d’icebergs. Ces dangers et l’extrême difficulté de son franchissement ont donné au cap Horn son caractère légendaire, mais aussi la réputation d’être un cimetière marin. Il est parfois surnommé le cap Dur, ou le cap des tempêtes.

      De nos jours, grâce au canal de Panamá, les navires cargos ne sont plus dans l’obligation d’emprunter la route du cap Horn. Ce dernier continue cependant d’attirer des bateaux de plaisance qui veulent relever le défi que représente son franchissement, parfois au cours d’une circumnavigation. Plusieurs courses à la voile parmi les plus importantes, comme le Vendée Globe, passent par le cap Horn, de même que les grands navigateurs qui cherchent à battre le record de vitesse du tour du monde à la voile.

      Lire l’article

      7 et 8 novembre 2006

      Pluie d'animaux

      La pluie d'animaux est un phénomène météorologique extraordinaire décrivant la chute du ciel de nombreux animaux, souvent d'une seule espèce. Cette précipitation atypique est accompagnée ou non d'une averse classique. On trouve témoignage du phénomène dans de nombreux pays et à de nombreuses époques, et il a suscité à travers l'histoire mystères et controverses.

      Ce sont le plus souvent des poissons et des grenouilles qui se trouvent dans ces « pluies », mais certaines espèces d'oiseaux sont aussi fréquemment mentionnées. Les animaux survivent parfois à cette chute, en particulier les poissons, ce qui laisse penser que le laps de temps séparant le « décollage » et le retour au sol est relativement faible. De nombreux témoignages décrivent les grenouilles tombées du ciel comme parfaitement intactes, et se comportant de façon habituelle malgré l'aventure qu'elles viennent de subir. Il arrive toutefois fréquemment que les animaux tombent du ciel gelés, parfois emprisonnés dans la glace, ce qui tendrait à montrer que certains animaux terrestres sont projetés à des altitudes élevées où la température est inférieure à 0 °C. Enfin, le phénomène est souvent tellement violent que les animaux retombent déchiquetés.

      Lire l’article

      9 et 10 novembre 2006

      Des azéris avec leur chapeau traditionnel.
      Les Azéris, aussi appelés Azerbaïdjanis, forment un groupe ethnique qui vit principalement dans le nord-ouest de l'Iran et dans la République d'Azerbaïdjan. Les Azéris ont un patrimoine culturel composé d'éléments turcs, iraniens et caucasiens. Suite à des divisions géographiques et historiques, les Azéris forment un groupe ethnique qui a connu une évolution différente de chaque côté de la frontière. Ils peuvent donc être distingués en deux sous-groupes : les Azéris du nord et les Azéris du sud, dont les caractéristiques diffèrent légèrement. Ils sont généralement athées en Azerbaïdjan et de religion musulmane dans l'Azerbaïdjan iranien. Depuis l'indépendance de l'Azerbaïdjan de l'Union soviétique (URSS) en 1991, on a tout de même constaté une augmentation de l'intérêt pour la religion et une augmentation des liens transfrontaliers entre Azéris.
      Lire l’article

      11 et 12 novembre 2006

      Michel Sardou

      Michel Sardou (né le 26 janvier 1947, à Paris) est un auteur, compositeur et interprète français. Il s'est également essayé, en tant qu'acteur, au cinéma et au théâtre. Il est le fils des comédiens Fernand Sardou et Jackie Sardou.

      Il compte, depuis les années 1970, parmi les chanteurs français les plus populaires. En plus de quarante ans de carrière, il a fourni une œuvre impressionnante (21 albums, 300 chansons) et plusieurs tubes majeurs (Les lacs du Connemara, La maladie d’amour, ...). Sardou se reconnaît dans la tradition de Jacques Brel, Jean Ferrat, Charles Aznavour ou encore Gilbert Bécaud. Dans son répertoire cohabitent des thèmes caractéristiques de la chanson de variété, comme l'amour ou les relations filiales, des sujets propres à la chanson à texte ou à la chanson engagée (la critique sociale et politique, la mort), mais aussi des domaines plus fréquents en littérature qu'en chanson (l'histoire, le voyage).

      Rarement un chanteur français aura cristallisé autant de polémiques, de réactions hostiles et de querelles que Michel Sardou. La portée de ses chansons a, tout au long de sa carrière, largement dépassé le simple cadre artistique : elle a une dimension sociologique, voire politique.

      Lire l’article

      13 et 14 novembre 2006

      Le Premier Consul franchissant les Alpes au col du Grand-Saint-Bernard

      Le Premier Consul franchissant les Alpes au col du Grand-Saint-Bernard est le titre de cinq portraits équestres de Napoléon Bonaparte peints par Jacques-Louis David entre 1800 et 1803.

      Pour représenter le Premier Consul, David choisit l’héroïsation, une représentation proche de l’allégorie, mais sans ses symboles. Fidèle à son postulat du « retour vers le grec pur », il y applique un néo-classicisme radical.

      Dès l’origine ce portrait trahit sa fonction de propagande. Bonaparte lui-même supervisa le travail de son peintre favori et, d’après la légende, aurait suggéré d’être peint « Calme sur un cheval fougueux ». Il aurait eu aussi l’idée de faire figurer son nom aux côtés de ceux d’Hannibal et de Charlemagne sur les rochers du premier plan. Le Premier Consul franchissant les Alpes au col du Grand-Saint-Bernard accède très vite à la postérité grâce à un nombre incalculable de reproductions, depuis les gravures jusqu’aux posters, en passant par les timbres poste, faisant de ce tableau le plus reproduit des portraits de Napoléon.

      Lire l’article

      15 et 16 novembre 2006

      Thomas Jefferson

      Thomas Jefferson, (13 avril 1743 - 4 juillet 1826), fut le troisième président des États-Unis d'Amérique, de 1801 à 1809. Cet homme d'État était également philosophe, agronome, inventeur, architecte et il ne cachait pas ses sympathies francophiles. Propriétaire d'une plantation en Virginie, il possédait de nombreux esclaves. Pourtant, Jefferson était attaché aux Droits de l'Homme pour lesquels il lutta au niveau de son État et du pays. Il faisait partie de l'élite des Lumières et a connu les plus grands esprits de son temps. Considéré par les Américains comme l'un des pères fondateurs de la nation, Jefferson reste cependant un personnage paradoxal et controversé par l'historiographie récente.

      Les Américains affirment « vénérer Washington, aimer Lincoln et se rappeler Jefferson ». Pourtant, nombreux sont les hommages rendus au troisième président des États-Unis : 29 comtés et 24 villes (dont la capitale du Missouri, Jefferson City) portent son nom de famille. Jefferson est représenté sur le Mont Rushmore. Il a son sommet (le Mount Jefferson), son monument dans la capitale fédérale (le Jefferson Memorial), son effigie figure sur le billet de deux dollars et sur la pièce de cinq cents.

      Lire l’article

      17 et 18 novembre 2006

      Un doni aux Maldives

      Un bateau est une construction humaine capable de flotter sur l'eau et de s'y déplacer, de façon volontaire ou non. Il répond à un besoin de transport maritime ou fluvial et permet diverses activités telles que le transport de personnes ou de marchandises, la guerre sur mer, la pêche, la plaisance, ou d'autres services tels que la sécurité des autres bateaux.

      Les bateaux ont accompagné l'Homme dans son évolution. Indispensables lors des grandes guerres et des conquêtes, mais aussi pour la subsistance par la pêche, ils ont été transformés et font maintenant partie intégrante des systèmes commerciaux et militaires modernes : plusieurs millions de bateaux de pêche sont utilisés par quelques dizaines de millions de pêcheurs dans le monde ; les guerres modernes font appel à des navires hautement sophistiqués pour transporter et soutenir les forces à terre ; 32 000 navires de commerce ont transporté plus de 6 milliards de tonnes de marchandises en 2004.


      Lire l’article

      19 et 20 novembre 2006

      Une console N.E.S

      La Nintendo Entertainment System, ou NES, est une console de jeu vidéo 8 bits sortie par Nintendo en Amérique du Nord, au Brésil, en Europe, en Asie et en Australie. Son équivalent japonais est la Nintendo Family Computer ou Famicom, sortie quelques années avant, en 1983. Le succès de la console fut énorme en Asie et Amérique du Nord, ce qui aida à redynamiser l'industrie du jeu vidéo après le krach du jeu vidéo de 1983, et ce qui fixa les normes pour les consoles suivantes, du game design (le premier jeu moderne de plateforme, Super Mario Bros., était le premier jeu vidéo qui justifiait l'achat de la console à lui tout seul, c'est un killer game) aux procédures de gestion. La NES est également la première console pour laquelle Nintendo alla au devant des développeurs tiers.

      Lire l’article

      21 et 22 novembre 2006

      Haredim dans la ville de Arad, Nord-Neguev, en Israël, juin 2006

      Les haredim, ou ultra-orthodoxes, ou Craignant-Dieu, sont des Juifs orthodoxes ayant une pratique religieuse particulièrement forte. En l’absence de toute autorité centralisée dans le Judaïsme, ils ont développé un certain nombre de courants, comme le hassidisme, chacun de ces courants interprétant les principes qui leurs sont communs avec quelques variantes.

      Depuis la fin du XIXe siècle, ils rejettent partiellement la « modernité » occidentale, que ce soit dans le domaine des mœurs ou des idéologies. Du fait de leur méfiance vis-à-vis des innovations sociales, les haredim vivent généralement en marge des sociétés laïques environnantes, même juives, dans leurs quartiers et sous la direction de leurs rabbins, seule source de pouvoir pleinement légitime à leurs yeux. C’est aussi le plus important groupe juif actuel affichant ses réticences face au sionisme, et même parfois son hostilité.

      Lire l’article

      23 et 24 novembre 2006

      Tube 6550C

      Un tube électronique (vacuum tube en américain ou valve en anglais), est un composant électronique actif réalisant une amplification de signal. Il utilise des électrodes, placées dans le vide ou dans un gaz, isolées entre elles par ce milieu, et comprenant au moins une source d'électrons.

      Les tubes ont longtemps été les seuls composants actifs et ils ont permis la fabrication en série des premiers appareils électroniques : récepteur radio, puis de télévision. Ils restent de nos jours utilisés comme amplificateurs audio, ou comme amplificateurs de puissance dans les fours à micro-ondes, le chauffage par radio-fréquence industriel, les émetteurs de radio et de télévision.

      Lire l’article

      25 et 26 novembre 2006

      L'expansion territoriale de la Grèce. 1832-1947.
      Agrandir
      L'expansion territoriale de la Grèce. 1832-1947.

      La Grande Idée (en grec moderne : Μεγάλη Ιδέα, Megali Idea) était l'expression du sentiment national puis du nationalisme grec aux XIXe et XXe siècles. Elle visait à unir tous les Grecs dans un seul État-nation avec pour capitale Constantinople. Elle prit avant tout la forme d'un irrédentisme. Le terme fut inventé en 1844 par Ioannis Kolettis, Premier Ministre du roi Othon. La Grande Idée a dominé toute la politique extérieure et par conséquent la politique intérieure de la Grèce. De la guerre d'indépendance dans les années 1820, au problème chypriote des années 1970 en passant par les guerres balkaniques du début du XXe siècle, le principal adversaire de la Grèce dans sa réalisation de la Grande Idée fut l'Empire ottoman puis la Turquie.

      Lire l'article

      27 et 28 novembre 2006

      Falashas (plus probablement Falash Mura), préparant le plat traditionnel, l'Injera dans le Gondar, en 1996.
      Agrandir
      Falashas (plus probablement Falash Mura), préparant le plat traditionnel, l'Injera dans le Gondar, en 1996.

      Les Falashas (en hébreu פלאשים), ou Beta Israel (en hébreu ביתא ישראל), ou Bétä Esraél sont les Juifs d’Éthiopie.

      Falasha signifie en amharique, « exilé » ou « immigrés ». Rarement utilisé par les Juifs d’Éthiopie, qui emploient plutôt Beta Israel (la « maison d’Israël », au sens de la « famille d’Israël »), il est généralement considéré comme dépréciateur. Depuis l’immigration en Israël, le terme Beta Israel tend à être remplacé, en Israël et au sein de la communauté elle-même, par « Juifs d’Éthiopie ». On trouve aussi, selon les régions d’Éthiopie, les termes Kayla (d’étymologie toujours discutée) et esra’elawi (israélite).

      Les Beta Israel ont une origine mal définie. Ils ont vécu pendant des siècles dans le Nord de l’Éthiopie, en particulier les provinces du Gondar et du Tigré. Après avoir bénéficié de petits États indépendants jusqu’au XVIIe siècle, ils ont été conquis par l'empire d'Éthiopie, et sont devenus une minorité marginalisée, à laquelle il était interdit de posséder des terres, et accusée d’avoir le « mauvais oeil ».

      Ils rentrent en contact avec le Judaïsme occidental à la fin du XIXe siècle. À compter du début du XXe siècle, une redéfinition en profondeur de l'identité de la communauté se fait jour, et l'amène à se considérer désormais comme juive, et plus seulement comme Beta Israel. Cette évolution réduit progressivement les forts particularismes religieux originels et rapproche la religion des Beta Israel du Judaïsme orthodoxe.

      En 1975, le gouvernement israélien reconnaît la judaïté des Beta Israël. Ceux-ci vont alors mener une difficile émigration vers Israël dans les années 1980 et 1990. En 2005, ils sont environ 105 000 en Israël.

      Lire l’article

      29 et 30 novembre 2006

      William Shakespeare

      William Shakespeare (23 avril 1564 – baptisé le 26 avril 156423 avril 1616) est considéré comme le plus grand poète, dramaturge et écrivain de la culture anglo-saxonne. Shakespeare est réputé pour sa maîtrise des formes poétiques et littéraires, et sa capacité à représenter les aspects de la nature humaine est souvent mise en avant par ses amateurs.

      Personnage éminent de la culture occidentale, Shakespeare continue d’influencer les artistes d’aujourd’hui. Il est traduit dans un grand nombre de langues et ses pièces sont régulièrement jouées partout dans le monde. Shakespeare est l’un des rares dramaturges à avoir pratiqué aussi bien la comédie que la tragédie. Il est également extrêmement rare de voir un écrivain du seizième siècle dont les textes puissent encore aujourd'hui donner des films à succès.

      Shakespeare écrivit trente-sept œuvres dramatiques entre les années 1580 et 1613, bien que la chronologie exacte de ses pièces soit encore sujette à discussion. Cependant, le volume de ses créations ne doit pas nous apparaître comme exceptionnel, d’après les standards de l’époque.

      On peut mesurer l’influence de Shakespeare sur la culture anglo-saxonne en observant les nombreuses références qui lui sont faites, que ce soit à travers des citations, des titres d’œuvres ou les innombrables adaptations de ses travaux. On dit de l'anglais qu'il est la « langue de Shakespeare » de la même manière qu'on dirait du français qu'il est la « langue de Molière » ou l'allemand la « langue de Goethe. »

      Lire l’article