Christianisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Vous avez de nouveaux messages (diff ?).

Religion
Religions abrahamiques :
Judaïsme - Christianisme - Islam

Cet article fait partie d'une série sur le
Christianisme
Fondements
Bible
Jésus-Christ
Acteurs
Apôtres
Vierge Marie
Pratiques
Baptême
Eucharistie
Prière
Monachisme
Événements et fêtes
Nativité
Vendredi saint - Pâques
Ascension - Pentecôte
Lieux
Jérusalem
Bethléem - Nazareth
Mouvements
Branches du christianisme
Catholicisme
Orthodoxie
Protestantisme
Ministres du culte
Évêque - Prêtre - Pasteur - Diacre
Constructions religieuses
Église - Baptistère
Cathédrale - Collégiale
Basilique - Cimetière
Monastère -
Temple

Le christianisme est une religion monothéiste issue du judaïsme au Ier siècle. La foi des chrétiens voit en Jésus, le Christ, le fils de Dieu, d'où leur nom. D’après les estimations des différentes autorités chrétiennes, le christianisme serait la religion la plus répandue. L'évènement fondateur du christianisme est la mort de Jésus en l'an 30 (ou l'an 33) à Jérusalem. Ses disciples affirment être témoins de sa résurrection. Ceci est le premier kérygme, le kerygme étant un condensé de la foi chrétienne.

Sommaire

[modifier] Introduction

Le christianisme est une religion issue du judaïsme, soumis à l'influence du monde gréco-romain depuis Alexandre le Grand. Le nom « christianisme » vient de la traduction du mot hébreu Messie, « Oint », en grec Khristos, soit le Christ. Selon les Actes des apôtres 11 - 26, ce fut à Antioche sur les rives orientales de la Méditerranée, que, pour la première fois, les croyants en Jésus-Christ furent appelés chrétiens.

Le christianisme emprunte au judaïsme des éléments fondamentaux :

  • la croyance en un Dieu unique (monothéisme) qui se montre sur Terre de façon transcendante et immanente ;
  • la croyance en la venue d'un Messie ;
  • la croyance en la Résurrection des morts et dans le Jugement dernier.

Mais il modifie ces fondements de la manière suivante :

  • En Jésus, Dieu se serait révèlé. De là découle le dogme de la trinité : un seul Dieu Père, Fils et Esprit Saint. Ainsi Jésus serait à la fois vrai Dieu et vrai homme (de là découle la christologie). (notons que certains groupes se déclarant chrétiens, comme les Témoins de Jéhovah, ne seront pas d'accord ici).
  • Jésus serait le Messie (Christ en grec) attendu des Juifs;
  • la résurrection de Jésus a déjà eu lieu et, en Jésus, les humains morts ressusciteront.

Et il se distingue du judaïsme sur deux éléments clés :

  • Depuis Jésus, Dieu veut créer une famille de fils de Dieu, non limitée aux seuls Juifs. Alors que Jésus est Le Fils de Dieu, les autres hommes le sont par adoption.
  • C'est la foi en Jésus-Christ qui définit cette famille, et non la pratique de la loi mosaïque.

Ce n'est que vers la fin du IVe siècle que le christianisme devint la religion officielle de l'Empire romain, remplaçant ainsi le culte romain antique.

[modifier] Les Écritures

Outre les écritures issues du judaïsme regroupées par les Chrétiens dans l'Ancien Testament, la tradition des premiers siècles du christianisme y a adjoint le Nouveau Testament. On lit plus souvent aujourd'hui l'appellation « Premier » Testament au lieu d'Ancien, pour signifier que le Nouveau Testament ne vient pas remplacer l' « Ancien » mais le compléter. L'Ancien et le Nouveau Testament sont réunis dans la Bible. Le Nouveau Testament est composé de quatre évangiles, selon Matthieu, selon Marc, selon Luc et selon Jean, des actes des apôtres, des épîtres et de l'Apocalypse. On considère que leur rédaction s'étend sur la seconde moitié du Ier siècle.

Les évangiles sont regroupés quand ils sont étudiés : on appelle « évangiles synoptiques » les évangiles de Matthieu, Marc et Luc ; l'évangile de Jean reste à part, on l'appelle l'évangile « johannique » (de Jean). Une tradition veut que l'évangile de Marc soit le premier écrit. Les épîtres de Paul de Tarse semblent être les plus anciennes (on daterait la première d'entre elles, l'épître aux Thessaloniciens, de l'année 50 environ) ; viendraient ensuite les évangiles et les actes des apôtres. L'Apocalypse semble être l'un des textes les plus récents. Les toutes premières générations de chrétiens ont donc sans doute vécu dans la tradition orale, avant que n'apparaissent ces textes.

Le canon ainsi constitué écarte les textes dits apocryphes ou cachés.

Il est difficile de faire une analyse historique de ces textes et ce pour plusieurs raisons : ce sont avant tout des témoignages écrits dans une perspective de croyants qui retranscrivent leurs expériences et non une relation de faits historiques (ce qui n'empêche pas de les considérer comme des témoignages historiques de première main). D'autre part, il faudrait pouvoir comparer ces textes á d'autres récits relatant des mêmes faits, or par exemple, il y a très peu de sources écrites précises en dehors des évangiles sur la vie de Jésus. Des textes écrits par les Romains relatent la présence de Jésus, générant des controverses au sein du peuple juif, mais rien d'assez précis pour permettre une réelle confrontation avec le contenu des évangiles.

En ce qui concerne les éventuelles modifications volontaires du texte ou involontaires dues aux traductions, le premier testament donne un bon exemple de ce qui se passe : le respect du aux textes sacrés était à un point difficilement imaginable pour nos sociétés modernes. Ainsi, on trouve le plus souvent des ajouts. À propos de la reproduction des textes à travers les âges, il faut citer le cas du manuscrit d'Isaïe retrouvé à Qumran près de la Mer Morte, datant de plus de mille ans, et qui montre que la retranscription n'a pratiquement pas donné lieu á des modifications. Enfin, pour le second testament, même si le texte a été traduit dans plusieurs langues, on a toujours conservé l'original en grec.

L'historien a en tous les cas peu de matériel pour émettre un jugement dans un sens ou dans l'autre sur le contenu de beaucoup de récits bibliques.

[modifier] Une foi issue du judaïsme

Leen Galilée) ;

  • l'utilisation de l'ensemble des textes bibliques, au premier rang desquels les psaumes juifs, issus du livre des Louanges ; ces textes peuvent être lus sur des cycles variables, pouvant atteindre jusqu'à trois ans pour l'Église catholique ;
  • un sacerdoce ;
  • un calendrier religieux, partiellement mobile, dans lequel certains événements notables ou certains points de Foi donnent lieu à des célébrations annuelles ;
  • l'utilisation de chants et d'hymnes dans la prière ;
  • dans les célébrations et les réunions communautaires, l'utilisation de certains mots venant de l'hébreu biblique (par exemple : Amen, Hosanna, Alléluia).
« Judaïsmes et christianismes [du premier siècle] demeurèrent entremêlés bien au-delà de la première partie du second siècle et ce jusqu'à ce que le judaïsme rabbinique, dans sa tentative nativiste de se couper de sa propre histoire avec la théologie du logos chrétien, se mit à s'imaginer lui-même comme une communauté pure de tout hellénisme. »

Articles connexes: Canon (Bible) pour un détail sur les différents canons chrétiens et leur formation.

[modifier] Extensions : Les chrétiens

  • Le mormonisme né du Rétablissement initié en 1820

[modifier] Voir aussi

Le Wiktionnaire possède une entrée pour « christianisme ».

[modifier] Liens externes

[modifier] Portails chrétiens

[modifier] Liens concernant les hypothèses historiques sur l'origine du christianisme

[modifier] Autres liens historiques

[modifier] Liens concernant l'apologétique

[modifier] Bibliographie

  • Jean-Marc Rouvière, Brèves méditations sur la création du monde, Ed. L'Harmattan, Paris 2006
  • C.S. Lewis, Les fondements du Christianisme, ISBN 2850313114
  • Ernest Renan, La vie de Jésus, Schoenhofs Foreign Books, 1974
  • Étienne Nodet et Justin Taylor, Essai sur les origines du Christianisme, Éditions du Cerf, Paris, 2002
  • Jean-Pierre Lémonon, sous la direction de Philippe Abadie, Le Judaïsme à l'aube de l'ère chrétienne, XVIIIe Congrès de l'ACFEB, Paris, Éditions du Cerf, « Lectio Divina, 186 », 2001, 412 p.
  • François Blanchetière, Enquête sur les racines juives du mouvement chrétien (30-135), Paris, Éditions du Cerf, « Initiations », 2001, 588 p.
  • sous la direction de S.-C. Mimouni, Actes du Colloque de Jérusalem, 6-10 juillet 1998 - Le Judéo-christianisme dans tous ses états, Paris, Éditions du Cerf, 2001, 462 p.
  • Jaroslav Pelikan À qui appartient la Bible ? Le livre des livres à travers les âges, La Table Ronde, coll. Religions, octobre 2005.
  • Christianisme, article de Diderot sur Wikisource

Portail du christianisme – Accédez aux articles de Wikipédia concernant le christianisme.
Portail Théopédia – Accédez aux articles de Wikipédia concernant les religions.