Geek

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Vous avez de nouveaux messages (diff ?).

Cet article (ou cette section) est à recycler. Sa qualité peut être largement améliorée en le réorganisant et en le clarifiant.
L'utilisateur qui appose ce bandeau est invité à énoncer les points à améliorer en page de discussion.

Un geek (terme anglais se prononçant [giːk] ou [djiːk] en API) est une personne passionnée, voire obsédée, par un domaine précis. À l’origine, en anglais le terme signifiait « fada », soit une variation argotique de « fou ». D’abord péjoratif ─ son homographe désigne un clown de carnaval ─ il est maintenant revendiqué par certaines personnes. Le terme est voisin de l’argot estudiantin polar (« polarisé »). Voir aussi : nerd, otaku, hardcore gamer...

Sommaire

[modifier] Computer geek

Le type de geek le plus connu constitue celui des computer geeks, « mordus d’ordinateurs » ou « technophiles ». Actuellement, le mot renvoie principalement à cette acception en français. Bien qu’initialement le terme ait été uniquement péjoratif, il est, comme dans les autres emplois, "presque" neutre maintenant, au contraire de nerd. Les geeks sont donc souvent des passionnés d’informatique. L’ordinateur et Internet prennent une place centrale dans leur vie. La personne la plus compétente dans un groupe ou une entreprise est parfois appelée alpha geek (voir Mâle alpha).

[modifier] La langue geek

Voir l’article Leet speak.

On prête aux geeks un langage qu'ils seraient les seuls à comprendre.réf. nécessaire Leur langue se caractérise par un jargon informatique, des codes, des graphies, des modes que les profanes ne peuvent comprendre, bien que la plupart des geeks se défendent de l'employer réf. nécessaire

Cette « langue » qui n'en est pas une à proprement parler, mais plutôt un alphabet, est appellée le leet speak (1337 5/>34|<), abréviation anglaise geekisée du « langage de l'élite ».

Cet alphabet n'est pas normalisé et consiste à remplacer certaines lettres par d'autres au graphisme proche (du moins pour les glyphes de polices monochasse les plus communes) et de distribuer de façon aléatoire la mise en majuscule ou en minuscule. Les règles de base à appliquer pour écrire en L337 sont à un premier niveau la réécriture des voyelles et de consonnes et la distribution des majuscule/minuscules le chiffre « 4 » pour la lettre « A », le chiffre « 3 » pour la lettre « E », etc.

« Bonjour le monde » pourra s'écrire en 1337 de premier niveau « b0nJ0uR l3 m0nD3 »

Dans les niveaux suivants, le 1337 se complexifie pour ne devenir lisible que par des geeks. Le même exemple pourra s'écrire : « 8O|\|_i0|_|r |_3 |\/|0|\||)3 ».

Certains raccourcis phonétiques peuvent enrichir le 1337. En anglais par exemple, le mot hackers pourra être écrit en 1337 |-|4><0r5, littéralement haxors.

Note : cette graphie est plutôt utilisée par un nombre restreint de geeks, et pas forcément les plus « fréquentables ». Le leet speak peut être considéré comme une particularité érigée en généralité, et donnant des geeks une image déformée, voire péjorative.

[modifier] Caractéristiques générales d'un geek

Si le terme de geek regroupe des personnalités très différentes, on peut tout de même noter quelques ressemblances entre elles :

  • masculinité (à de rarissimes exceptions près)
  • peu d'intérêt pour les vêtements ou l'aspect extérieur en général
  • alimentation souvent peu raffinée et froide (bière, pizza, chips, etc.)
  • une personnalité souvent introvertie, en particulier avec l'autre sexe
  • une absence de conformisme vis-à-vis des modes
  • un attrait pour les sciences, la science-fiction et tout ce qui se rapporte à la technologie ; associé à des pulsions acheteuses déraisonnées dans ces mêmes domaines.
  • une grande curiosité dans ces mêmes domaines

[modifier] Les différentes « familles » de geeks

  • Le « computer geek » : le plus fréquent. Il est un cousin de l'Otaku, du hardcore gamer et pour certains (plus rarement) du « no-life ». Il se passionne pour l'univers de l'informatique et tout ce qui s'y rapproche de près ou de loin. Ainsi, il consulte quotidiennement une dizaine de sites traitant de l'actualité informatique, est inscrit sur une grande quantité de forum, etc. Il arrive à régler un maximum de problèmes grâce à un ordinateur, cette caractéristique étant particulièrement visible durant sa vie étudiante, où il sera très en avance sur ses camarades dans l'utilisation de l'ordinateur. Loin d'être asocial, le computer geek souffre quand même de sa passion addictive pour les ordinateurs et a une vie sociale assez limitée.
  • Le geek « heroic fantasy » : fan de Tolkien, il connait les livres par cœur, a les films en DVD, une impressionnante collection de produits dérivés, et pour les plus téméraires, maîtrise la langue elfique. Il est aussi souvent fan de jeux de guerre comme Warhammer et de MMORPG et pratique occasionnellement le jeu de rôle grandeur nature ; en résumé, presque tout ce qui touche de près ou de loin au médieval fantastique l'attire.
  • Le geek « roliste » : participe aussi fréquement que possible à des séances de Jeu de rôle et en collectionne les livres de règles. Bien souvent, il pratique également de nombreux jeux de société méconnus, qu'ils soient courts, simples et humoristiques ou longs et stratégiques.
  • Le geek « Harry Potter » : a lu tous les livres (en version originale pour les plus motivés) et vu tous les films de cette série. Il participe souvent à des jeux de role en ligne sur harry potter. Ce geek est généralement plus jeune que les autres geeks, et il y a plus de filles dans cette catégorie que dans les autres familles de geeks.
  • Le geek « SF » : possède une érudition incomparable sur l'univers de la Science-Fiction, films et livres.
  • Le geek « Star Wars » : variante du geek « SF ». Comme pour Tolkien, il collectionne tous les produits dérivés de la saga et connait la mythologie de l'univers de George Lucas sur le bout des doigts.
  • Le geek « E.T. » : est passionné par les extra-terrestres et persuadé qu'ils existent ; il échafaude souvent des théories sur le sujet. Là aussi, il collectionne souvent de nombreux gadgets et produits dérivés sur le sujet de sa passion. C'est souvent un fan de X-Files, où il s'assimile volontiers à l'agent Fox Mulder.
  • Le geek « scientifique » : travaille une érudition maximale sur un domaine scientifique (ou ésotérique) exclusif et très précis : insectes, pierres, religions méconnues, astronomie, physique, mathématiques...
  • Le geek « musical » : s'intéresse le plus souvent à des courants « underground » : éléctro, métal... Là aussi, il possède une érudition qui fait école.
  • Le geek « manga » (aussi appelé Otaku) : passionné de mangas, souvent inconnus et en sens de lecture japonais, il lit parfois même des imports en version originale. Il est souvent webmaster d'un site ou forum sur le sujet, où les fans peuvent rivaliser de « culture ».
  • Le geek « Dragon Ball » : souvent attaché à l'Otaku par certaines personnes n'étant elles-même pas fan de manga. Ce genre de "geek" est effectivement ignoré voire rejeté par les vrai Otaku. Ils aiment Dragon Ball et collectionnent une masse impressionante d'objets sur leur série préférée. Ils connaissent aussi bien l'anime que le manga et peuvent facilement faire une comparaison de ces deux verisons à des moments précis de l'histoire. Quand plusieurs "geeks Dragon Ball" se rencontrent leurs discutions ne tournent qu'autour de cette passion commune et un non-connaisseur se voit très vite perdu lors d'évocation de DVD rares, de films divers et d'OAVs.
  • Le geek « jeux vidéo » : est abonné à de nombreux magazines et travaille son érudition sur le domaine du jeu vidéo, qu'il pratique assidument (cf. hardcore gamer, MMORPG, ...) Il aimerait souvent en faire son métier.
  • Le geek « Tekken » : passe son temps à apprendre de nouveaux enchaînements sur le jeu du même nom. Sa vie sociale gravite autour de tournois où le seul but est d'être bien classé afin d'avoir une reconnaissance mondiale.
  • Le geek « échecs » : il est passioné par le jeu d'échecs, et par ses variantes. Il dénigre les autres jeux (le jeu de dames en particulier), il a généralement un très fort niveau aux échecs, joue en club, ses amis sont eux-même des geek « échecs », voire des geek « informatique » (les deux sont parfois liés). Il possède des livres d'échecs par dizaines, et ne vit que pour être devant l'échiquier.
  • Le geek « automobile » : il ne manque jamais une course automobile, une émission de tuning, ou un simple magazine mécanique comme "Turbo" à la télévision. En dehors des heures de telles diffusions, il passe tout son temps au garage à bricoler sa voiture, qu'il préfère souvent à son épouse ou à sa famille. Il existe des variantes sur la plupart des véhicules motorisés, notamment motos et camions.
  • Le geek "MacDonald's" : il se rend bihebdomadairement (voire plus) dans son fast-food préféré, il a ses menus de prédilection et sait détecter la bonne affaire.
  • Le geek « Militaria » : Présent à toutes les commémorations et bourses aux armes, il se passionne pour les guerres mondiales. Possède de nombreux uniformes et pièces de collection (de la Jeep à la ration d'époque), une vrai encyclopédie vivante sur son sujet. Passe son temps sur ebay (US) à chercher les pièces rares.
  • Le geek "Groupwise" : il maîtrise toutes les arcanes de GroupWise, utilise les listes de diffusion à bon escient, dissimule son identité sous des pseudonymes trompeurs, manie avec précision CM et CC.
  • Le geek « Wikipédia » (passe son temps à écrire/lire des articles sur Wikipedia)

Attention toutefois, cette liste n'est pas exhaustive et des croisements ou modulations sont fréquentes. Bien d'autres « familles » existent dans des domaines très variés : en fait, on peut presque être geek de tout, le principe étant l'aliénation complète et inconditionnelle de l'individu à une passion très précise au point qu'elle prenne le pas sur toutes les autres priorités de la vie. Le geek peut aussi se croiser avec certains autres « stéréotypes sociaux », comme les gothiques ou les métalleux.

[modifier] Vie sociale

Si le geek n’a pas forcément beaucoup de vie sociale, il lui arrive cependant de fréquenter des groupes, généralement orientés autour de l'informatique.

Plusieurs manifestations regroupant un grand nombre de geeks font référence en France :

  • les First jeudi, rencontres mensuelles du logiciel libre dans plusieurs villes de France ;
  • les Samedis du libre, idem, mais en fin de semaine. Des conférences et autres rencontres sont organisées, chaque mois, à la Cité des sciences et de l'industrie de Paris ;
  • les Last mardi, idem, mais le dernier mardi de chaque mois ;
  • les "Last jeudi" (QJELT) à Toulouse ;
  • les Rencontres mondiales du logiciel libre : elles se sont déroulées à Bordeaux de 2000 à 2002, à Metz en 2003, à Bordeaux en 2004, à Dijon en 2005, à Vandœuvre-lès-Nancy en 2006 ; elles auront lieu à Amiens en 2007.
  • les Coding Party ou les Demo Party (rassemblements informatiques tournés vers la création numériques, les deux termes sont synonymes). Retrouvez toutes les informations sur les codings party sur les dates en Europe [1] des exemples de créations sur pouet.net.
  • les Lan Party, réunion de gamers durant une période qui peut aller de quelques heures à plusieurs jours avec des courtes pauses entre les différentes parties multijoueurs telle que par exemple Counter-Strike, Warcraft et autre jeu multi-joueurs. En principe les gamers en profitent aussi pour s'échanger leurs mp3, softs et jeux acquis légalement (En théorie). Notons qu'il vous faudra apporter votre ordinateur et SURTOUT ne pas oublier votre casque audio(avec év. un micro) car dans les lans les haut-parleurs sont proscrits.
  • les Install Party réunion où les personnes compétentes installent bénévolement un système d'exploitation libre sur les ordinateurs des moins expérimentés.
  • les Copy Party ;
  • les journées de découverte du logiciel libre organisées chaque année depuis 2005 par le gullUTC (groupe des utilisateurs de logiciels libres de l'UTC) à l'Université de technologie de Compiègne.
  • divers salons et soirées où les geeks se rencontrent, comme les Solutions Linux de Paris.
  • la Japan Expo, convention de 3 jours se déroulant une fois par an à Paris, où tous les otakus et manga geeks se retrouvent pour acheter des goodies, participer aux cosplays, trouver des produits exclusifs sur le Japon, le pays qu'ils vénèrent le plus au monde.
  • l'E3, le plus grand et le plus connu des salons dédiés aux jeux vidéos, qui dure en général une semaine, et qui se déroule sur le territoire américain. On y présente toutes les nouveautés à sortir en matière d'électronique/informatique, comme les consoles et les tous derniers jeux PC.

Ceux qui n'ont aucune vie sociale ou très réduite en dehors de ces groupes sont appelés no-life. Ce terme désignant en général une personne qui consacre sa vie entièrement à sa passion se dit aussi des personnes qui passent leur vie devant des jeux vidéo.

[modifier] L'ambivalence du geek

Le geek en général et surtout le computer-geek est intrinsèquement platonicien : sa vie est divisée en deux, la vie on line, où son nom est le pseudo qu'il s'est choisi et son visage une image d'avatar (en forum) ou le personnage qu'il s'est construit (dans les jeux), et la vie réelle, ou IRL (in real life). Les deux se rejoignent parfois, dans des "rencontres IRL" comme dans les rendez-vous sur un chat/forum/jeu avec des amis IRL. De chaque côté, le geek mène une vie sociale parfois très développée, a une personnalité définie, des amis, etc. mais parfois ces deux facettes de la même personne diffèrent beaucoup : la vie on-line est en effet l'occasion pour beaucoup de jeunes peu sûrs d'eux de donner l'image d'eux-mêmes qu'ils ont envie de donner, au risque parfois de se créer une seconde personnalité très différente de la première, l'IRL.
La dangerosité est que la vie OL prenne le pas sur la vie IRL : que la même personne s'assimile plus à la personnalité qu'il se donne sur internet que ce qu'il est dans la vie de tous les jours. C'est ainsi qu'on peut assister à des cas parfois graves de dépersonnalisation, d'aliénation complète au support (l'ordinateur), c'est là que le simple geek devient un nerd voire un "no-life", c'est-à-dire une personne entièrement virtuelle, ayant rompu avec toute vie sociale dans la vie réelle.
Cependant, la personnalité qu'il se donne sur Internet, souvent exempte de timidité et parfois sans limite en ce qui concerne la curiosité, la passion, la transe... peut permettre à ces associaux en force de s'affirmer dans la réalité sociale par transition de leur cyberpersonnalité.

[modifier] La geek

Bien que la majorité des comportements ici décrivent aussi bien les geeks hommes que les geeks femmes, quelques petits ajustements restent à faire.

Beaucoup de geeks filles (appelées geekettes sur quelques sites internet) s'intéressent aux jeux vidéos à long développement principalement pour l'histoire et les personnages. Les geeks au féminin ont tendance à s'attacher aux personnages pour des raisons différentes des garçons. Le personnage préféré d'une geek ne sera pas nécessairement le plus fort ou le plus efficace, ce sera souvent celui dans lequelle elle se reconnaît le plus ou même quelque fois le plus beau. Vraisemblablement, les geeks filles préfèrent souvent les personnages féminins, peut-être parce qu'elle sont justement concernées par la place des femmes dans les jeux vidéos.

Contrairement au geek masculin, une bonne partie des geeks filles font attention à leur apparence physique de facon raisonnable. Toutes les geeks ne sont pas masculines, au contraire. Elles sont souvent non-conformistes et il leur arrive meme d’essayer d’imiter le style d’un personnage qu’elles aiment bien.

Les geeks filles ne sont pas toutes homosexuelles, d’ailleurs il n’existe pas vraiment de correlation entre ces deux faits. Les geeks filles ont simplement plus d’amis masculins car ils ont les mêmes habitudes et les mêmes intérêts.

[modifier] Le « Syndrome Geek »

Le 9 décembre 2001, un article signé Steve Silberman dans Wired : « The Geek Syndrome » a annoncé une très forte fréquence d’autisme et de syndrome d'Asperger parmi les enfants des informaticiens de la Silicon Valley (USA). L’expression est restée, surtout pour les atteints du Syndrome d'Asperger.

[modifier] Citations

  • « Un geek, ça n’est avant tout qu’un homme assisté par ordinateur (H.A.O.) » (Copinedegeek)
  • « Dans le doute, reboot. »
  • « Dans le monde, il y a 10 sortes d'individus : ceux qui savent lire le binaire, et ceux qui ne savent pas. »
  • « Un vrai geek, c'est un mec qui croit que dans 1km, il y a 1024 mètres. »
  • « Un clavier azerty en vaut deux. »
  • « Qu'il s'y frotte, ce geek. »
  • « Essayez la flagellation sans lag »
  • « Un écran s'éteint, un être s'éveille »

[modifier] Œuvres préférées

  • Revues :
    • "Science et avenir" et autres magazines de vulgarisation scientifique
    • Diverses revues informatiques
    • Fanzines de jeux vidéos ou de leur passion précise
    • Plus rarement, revues underground situationnistes plus ou moins officielles

[modifier] Le geek dans la fiction

[modifier] Bandes dessinées

[modifier] Webcomics

[modifier] Films

[modifier] Romans

[modifier] Voir aussi

Le Wiktionnaire possède une entrée pour « geek ».

[modifier] Liens internes

[modifier] Liens externes

Pour (tenter de) comprendre les geeks :

Les sites où les geeks se cotoient :

Les geeks dans une TV réalité :