Lecture

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Vous avez de nouveaux messages (diff ?).

La lecture est l'activité de déchiffrement et de compréhension d'une information écrite. Cette information est en général une représentation du langage sous la forme de ses symboles identifiables par la vue, ou par le toucher (Braille). D'autres types de lecture ne s'appuient pas sur le langage comme par exemple celle de partitions de musique, ou de pictogrammes.

D'autres acceptions du nom « lecture » ou du verbe « lire » s'"entendent" dans un sens plus large : lire les signes des temps.

Sommaire

[modifier] Histoire

On pourrait penser que l'histoire de la lecture est la même que celle de l'écriture : on peut estimer que les premiers hiéroglyphes furent dessinés il y a 5 000 ans, les alphabets phonétiques les plus anciens ont environ 3500 ans.

Pourtant, l'évolution des supports a également eu une grande influence. Les premiers ouvrages étaient écrits sur des rouleaux de papyrus enroulés en volumen dans un cylindre. Ils n'autorisaient donc qu'une vision partielle du texte à lire.

À partir du IIe siècle au IVe siècle, l'introduction du parchemin permet la rédaction des ouvrages en codex composés de feuilles pliées et cousues ensemble. Le livre ne subira alors pratiquement plus de modification de structure. Cette nouvelle présentation permet de consulter les ouvrages de façon moins linéaire : il devient possible de feuilleter pour accéder directement à un passage du texte.

Jusqu'aux environs du Xe siècle les mots étaient écrits les uns à la suite des autres, sans blancs ni ponctuation (scriptio continua).

UNETELLEECRITURENEFAVORISEPASLADETECTIONRAPIDEDESMOT

SETOBLIGEAUNDECHIFFREMENTLABORIEUXLETTREALETTREDESOU
VRAGESLAVITESSEDELECTUREESTDONCTRESLENTE

La lecture à haute voix était donc quasi systématique. Si des textes datant du Ve siècle avant J.C. attestent que la lecture silencieuse était pratiquée en Grèce, elle resta probablement exceptionnelle pendant de longs siècles. Dans ses Confessions Augustin d'Hippone explique sa stupéfaction quand il voit Ambroise de Milan pratiquer la lecture silencieuse. La lecture demeure une activité collective dans les milieux bourgeois jusqu'au milieu du XVIIIe siècle. Parmi les ouvriers, le roman-feuilleton continue d'être lu à voix haute jusqu'au lendemain de la Première guerre mondiale. En Europe, la lecture orale occupe une place centrale aujourd'hui encore dans les cérémonies des religions juive, chrétienne et musulmane. La vitesse de parole est d'environ 9 000 mots à l'heure. Un pratiquant moyen de la lecture silencieuse est environ trois fois plus rapide.

Carte de l'analphabétisme en 2000 (source Unesco)
Agrandir
Carte de l'analphabétisme en 2000 (source Unesco)

Pendant longtemps, la lecture reste réservée à une élite.

Au cours du XIXe siècle, la plupart des pays occidentaux s'engagent dans l'alphabétisation de la population. Elle se généralise un peu plus tôt dans les pays de religion protestante, où chacun doit être capable de lire la Bible.

[modifier] Principe physiologique

Le processus physiologique de la lecture a été étudié pour la première fois à la fin du XIXe siècle par Emile Javal, directeur du laboratoire d'ophtalmologie de l'université de la Sorbonne. La lecture n'est pas un balayage continu du texte mais une succession de photographies : pendant 250 millisecondes l'œil fixe un ensemble de lettres puis l'œil se déplace en 25 millisecondes vers un nouveau groupe de lettres. La vitesse de déplacement est relativement constante d'un individu à l'autre. Par contre, alors qu'un lecteur lent ne peut fixer que cinq à dix lettres, un bon lecteur peut fixer plus d'une vingtaine de lettres à la fois. Des mesures sur des lecteurs chinois, japonais ou arabes ont montré que l'alphabet utilisé n'avait pas d'influence majeure sur le mécanisme de la lecture.

La pause de l'œil lors de la « photographie » s'appelle un point de fixation. La mesure du nombre de lettres perçues simultanément est nommée l'empan.

[modifier] L'apprentissage de la lecture

La lecture est un des apprentissages essentiels de l'école primaire avec l'écriture et les mathématiques, et le premier but de la scolarité obligatoire.

L'apprentissage de la lecture est un sujet qui a intéressé de nombreux pédagogues. Après des années de controverses, il semblerait qu'aucune des différentes méthodes d'apprentissage n'apporte un avantage décisif. Pour certains spécialistes, si leur influence est marginale c'est parce que dans aucune d'entre elles on ne retrouve ce qui constitue l'acte même de lire.

Article détaillé : Apprentissage de la lecture

[modifier] Techniques

Le repérage consiste à retrouver rapidement une information en se basant sur les ressources typographiques du texte. Il est particulièrement adapté aux ouvrages comme les dictionnaires ou les annuaires et aux textes avec un plan très hiérarchisé.

L'écrémage est lui utilisé quand la structure du texte n'est pas suffisamment marquée. Il consiste à lire le texte en diagonale en s'arrêtant sur les mots clefs porteur d'information.

La lecture rapide combine la technique de l'"écrémage" et la lecture verticale de lignes entières saisies d'un seul coup d'œil chacune à leur tour. L'œil doit rester à une distance suffisante de la page. C'est également la raison pour laquelle pour étudier les performances du lecteur, la technique de l'oculométrie cognitive est particulièrement adaptée à l'étude de la lecture.

[modifier] Illettrisme

Pour l'UNESCO, l'analphabétisme est l'incapacité de lire et d'écrire des textes simples en rapport avec la vie quotidienne. En 1980 on estimait que 30% de la population mondiale était analphabète. Dans les pays industrialisés, environ 4% de la population souffre d'illettrisme: bien qu'ayant appris à lire, ces personnes en ont progressivement perdu l'habitude. Toutefois, de nombreuses polémiques existent sur les critères définissant ces populations. Les chiffres peuvent varier du simple au triple. On restera donc prudent sur les estimations quantitatives. Le terme d'« illettrisme » a été crée en 1978 par l'association ATD Quart Monde afin de décrire la situation des personnes qui ayant pourtant été scolarisées, n'ont pas la capacité d'utiliser l'écrit d'une manière aisée. Ce terme est en concurrence avec celui d'alphabétisation fonctionnelle que l'on trouve hors des frontières françaises. Le terme de « litératie » prend actuellement une place plus importante. Il pose de manière explicite la question des capacités à traiter l'écrit dans « une économie de la connaissance ». Si la question de l'alphabétisation est portée par l'UNESCO, celle de la litératie est portée par l'OCDE.

La dyslexie est un trouble fonctionnel de l'apprentissage de la lecture.

[modifier] Liens externes

Wikimedia Commons propose des documents multimédia sur la lecture.