Wikipédia:Mise en garde médicale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Vous avez de nouveaux messages (diff ?).

VEUILLEZ LIRE ATTENTIVEMENT LA DÉCLARATION SUIVANTE AVANT DE QUITTER CETTE PAGE

Wikipédia contient des articles sur de nombreux sujets à caractère médical. Cependant, pas plus que pour d'autres sujets, aucune quelconque garantie n’est offerte sur l'exactitude de ces articles. Il n’y a aucune certitude qu’une phrase, quelconque, contenue dans ces articles soit vraie, correcte ou précise. Ils sont pour la majorité d'entre eux écrits, en partie voire en totalité, par des non professionels. Gardez aussi en tête que même lorsqu'une affirmation médicale s’avère exacte, elle peut pour autant ne pas s’appliquer à votre cas particulier ou à vos symptômes.

Wikipédia n’est pas un médecin. L’information à caractère médical fournie sur Wikipédia est, au mieux, de nature générale et ne peut se substituer au conseil d’un professionnel médical et compétent. Par exemple un médecin ou un chirurgien qualifié, un pharmacien, une infirmière diplomée, un biologiste ou radiologue, un prothésiste, une autorité légale de santé publique, un vétérinaire, etc. (exerçant légalement son activité).

Aucun des contributeurs individuels, opérateurs systèmes, développeurs, soutiens financiers de Wikipédia ou quiconque connecté à Wikipédia ne peut prendre quelque responsabilité dans les résultats ou conséquences de toute tentative d’utiliser ou adopter une information présente sur ce site ou toute reproduction de celui-ci. Cela est particulièrement vrai sur les sujets médicaux.

Rien sur le site Internet Wikipedia.org ou inclus en partie sur l’un des projets de la Fondation Wikimedia Inc., ne peut être interprété comme la tentative, la volonté d’offrir ou le compte rendu d'une opinion médicale. Ni ne cherche à engager quiconque dans l’exercice d’une pratique médicale.

Bien sûr, vous êtes encouragé à contribuer aux articles traitant de la médecine ou la santé et vous pouvez utiliser librement tout contenu trouvé ici sous votre propre responsabilité, suivant les termes de la GNU Free Documentation License.

  
Cet article est écrit du point de vue d’un pays ou d'une région et doit être internationalisé.
N’oubliez pas que Wikipédia est un projet d’encyclopédie universelle francophone. Pour nous aider à améliorer l’article, voir notre guide d'internationalisation.
   {{{{{3}}}}}
Cet article est écrit du point de vue d’un pays ou d'une région et doit être internationalisé.
N’oubliez pas que Wikipédia est un projet d’encyclopédie universelle francophone. Pour nous aider à améliorer l’article, voir notre guide d'internationalisation.
{{{{{3}}}}} {{{{{4}}}}}

Sommaire

[modifier] Mise en garde

La publication d’informations à caractère médical en langue française est soumise à certaines contraintes :

[modifier] Un médecin est non substituable

La consultation d'information médicale en ligne ne remplacera jamais la consultation d'un médecin. Un médecin est formé durant de longues années. Il a suivi un enseignement théorique et pratique sanctionné par des examens validants. Il a été formé pour aguerrir son sens clinique, tactile, psychologique, de façon à pratiquer au mieux de vos intérêts l'acte complexe que constitue un examen clinique. Vous ne pouvez prétendre remplacer cette complexité par la lecture de quelques informations isolées.

N'hésitez jamais à vous référer à un médecin. Une certitude médicale lue sur Internet ne peut prétendre remplacer un avis médical.

[modifier] Pas de conseil en ligne

De ce fait, poser une question à caractère médical personnelle ou impersonnelle dans les pages commentaire ne vous sera jamais d'aucun secours. Les pages de commentaires sont présentes de façon à offrir un creuset à la discussion à propos du contenu de l'article, son fond, sa forme, mais en aucun cas il ne sera répondu à des questions de patient à médecin.

[modifier] L’exercice illégal de la médecine est puni par la loi

En France, il faut légalement un diplôme de Docteur en médecine pour exercer la médecine.

Il existe les trois exceptions suivantes :

  • les résidents en médecine (ils exercent sous la responsabilité de Docteurs en médecine),
  • les internes des hopitaux (ils exercent sous la responsabilité de Docteurs en médecine),
  • les médecins remplaçants (qui ont une dérogation limitée à 3 ans aprés la fin de leur cursus hospitalo-universitaire).

Ces exceptions sont dues au fait que les titulaires de ces 3 exceptions sont déjà médecins, en ce sens qu'ils ont été reçus aux examens théoriques de deuxième cycle d'études médicales, mais que cependant ils n'ont pas soutenu la thèse de 3e cycle qui leur permet la liberté d'exercice. Ils pratiquent alors durant leur internat, sous la surveillance d'un pair thésé, dans l'attente de leur soutenance.

En Suisse, les titulaires d’un titre postgrade fédéral de médecin ont le droit d’accomplir des actes médicaux. Les titulaires du diplôme fédéral de médecin ont également le droit d’accomplir des actes médicaux sous la surveillance de titulaires d’un titre postgrade fédéral correspondant. (Art 2a Al.2 de la Loi fédérale concernant l’exercice des professions de médecin, de pharmacien et de vétérinaire dans la Confédération suisse-pdf)

Tout contrevenant condamné est sévèrement puni. Le Projet Médecine le rappelle.

[modifier] Contraintes légales et réglementaires françaises

Toute activité médicale d’un médecin se doit d’être conforme au Code déontologique. Le projet Médecine présenté sur Wikipédia doit respecter des contraintes légales. Nul utilisateur ou contributeur de Wikipédia ne peut s’y prévaloir de la qualité de médecin et à ce titre doit s’abstenir de toute prescription ou conseil autre que de consulter en personne un médecin qualifié.

[modifier] Obligation d’assistance

Toutefois, la loi donne aussi à tout le monde une obligation d’assistance à personne en danger, dans la limite de ses moyens physiques et compétences (ne pas alerter les secours ou fuir en l'absence de danger pour soi sont pénalement condamnés).

L’absence de compétence pour effectuer des gestes et actes médicaux même vitaux ne dispense pas de l’obligation de prévenir le plus rapidement possible et par tout moyen un service d’assistance compétent, de veiller à la protection des lieux et victimes jusqu’à l’arrivée des secours et de se soumettre à leurs demandes.

La protection de la vie (évacuation en cas de danger) passe avant l’alerte ou le secours direct, mais une alerte efficace devrait faire une évaluation préalable sommaire de la situation : lieu exact, nombre et âge des victimes, présence de témoins ou secouristes, nature éventuelle des dangers (pour les victimes, témoins et sauveteurs), faits et actions déjà entreprises. Même après l’alerte il faut rester à proximité, les secours pouvant avoir besoin de vous recontacter. Le secours peut pour vous ne consister qu'à réconforter la victime ou à la maintenir en vie (selon les instructions du médecin ou avec votre formation de secouriste), à surveiller ses affaires (ce qui l'aide à rester calme car les victimes conscientes s'en préoccupent), sans la forcer à bouger, sans rien lui donner (ni à boire ni à manger) ou à simplement la maintenir en sécurité.

[modifier] Services d’urgence

Pour prévenir les urgences et remplir vos obligations morales et légales d’assistance à personne en danger, utilisez de préférence les bornes d’appel d'urgence, sinon un téléphone fixe, sinon un téléphone mobile (attention au niveau de charge des batteries), et conformez-vous aux consignes données.

  • Sur la route : éviter de téléphoner d’un véhicule (téléphone interdit pendant la conduite), ne pas s'arrêter avant un accident pour porter secours mais à 150 mètres après, s’arrêter près des bornes d’appel (tous les deux kilomètres sur autoroutes, quatre kilomètres sur voies rapides, et sur certains ouvrages d’art) et s'évacuer de la chaussée derrière les barrières de sécurité. Protéger en signalant à distance l’accident aux autres usagers (triangle, port de brassières, signes de ralentissement, feux de détresse allumés), ne surtout pas bloquer la circulation sur toute voie rapide ou à grande circulation.
  • En France, il faut préférer les numéros suivants gratuits depuis tous les téléphones, 24 heures sur 24 ; votre appel et votre numéro sont enregistrés pour pouvoir vous recontacter :
    • 15 : Aide médicale d’urgence (SAMU). Service départemental. À appeler en priorité avant tout autre numéro d'urgence s’il y a une victime, pour avoir l’avis immédiat d’un médecin (Composez le 112 uniquement depuis un mobile bloqué, mais les secours peuvent prendre plus de temps à vous localiser, ou pour contacter un service de secours dans votre secteur).
    • 18 : Pompiers. Service départemental ou local. Pour toute urgence de protection des personnes ou des biens, ne nécessitant pas d’actes ou conseils médicaux immédiats. Ils peuvent dispenser les seuls actes élémentaires de secours destinés à préserver immédiatement la vie. En France, c’est de très loin le service (civil ou militaire) le plus rapide (souvent une dizaine de minutes en moyenne, plus en milieu rural), mais pas forcément le plus compétent en matière médicale. Malgré cela le délai d’intervention peut être supérieur à la durée de survie (notamment en cas de détresse cardio-respiratoire), c’est pourquoi un avis médical immédiat est préférable pour vous guider.
    • 17 : Police (ou gendarmerie en zone rurale). En cas danger pour d’autres personnes ou pour les secouristes. Également pour connaitre l'adresse ou le numéro des médecins et pharmaciens de garde.
    • Les trois services sont coordonnés et joignent leur action avec un seul appel.
  • Partout en Europe, depuis n’importe quel téléphone fixe ou mobile, même bloqué, désactivé, sans carte d’accès, ou sans monnaie pour les publiphones, le numéro d’appel d’urgence unique: 112 (numéro d'urgence européen) (appel gratuit). Préférer un numéro national ci-dessus si possible. Toutefois, les centres d'appel du 112 en Europe sont reliés, et permettent d’assister tout européen dans sa langue, et disposent de médecins et de traducteurs capables de répondre dans de nombreuses langues du monde. Ce numéro est recommandé en France pour les visiteurs et résidents ne parlant pas bien le français.

[modifier] Exercice médical en ligne

  • L’article 53 du Code de déontologie médicale (français) stipule (Article R.4127-53 du code de la santé publique) :
    Les honoraires ne peuvent être réclamés qu'à l'occasion d'actes réellement effectués. L'avis ou le conseil dispensé à un patient par téléphone ou correspondance ne peut donner lieu à aucun honoraire.
  • L’article 25 du Code de déontologie médicale (français) stipule (Article R.4127-25 du code de la santé publique) : Il est interdit aux médecins de dispenser des consultations, prescriptions ou avis médicaux dans des locaux commerciaux ou dans tout autre lieu où sont mis en vente des médicaments, produits ou appareils qu'ils prescrivent ou qu'ils utilisent.

Conformément aux articles précités, le site n'est en aucun cas destiné à permettre un quelconque exercice médical en ligne. À ce titre, il est clairement stipulé qu'il ne sera répondu à aucune question d'ordre médical ne relevant pas du cadre général. Tout lecteur non médical désirant poser une question sera renvoyé vers son médecin habituel. En aucun cas le site ne peut héberger de publicité à destination du monde médical ou des patients. Aussi, la question du financement du site est elle clarifiée META: lien vers le financement de wikipedia et du projet médecine

[modifier] Exercice illégal de la médecine

  • L’article 30 du Code de déontologie médicale (français) stipule (Article R.4127-30 du code de la santé publique) :
    Est interdite toute facilité accordée à quiconque se livre à l'exercice illégal de la médecine.

L’information médicale brute ne constitue pas un exercice illégal de la médecine, mais elle peut inviter à s'y livrer. Aussi une mise en garde est-elle affichée en évidence.

[modifier] Étiquette et ligne éditoriale

  • L’article 13 du Code de déontologie médicale (français) stipule (Article R.4127-13 du code de la santé publique) :
    Lorsque le médecin participe à une action d'information du public de caractère éducatif et sanitaire, quel qu'en soit le moyen de diffusion, il doit ne faire état que de données, confirmées, faire preuve de prudence et avoir le souci des répercussions de ses propos auprès du public. Il doit se garder à cette occasion de toute attitude publicitaire, soit personnelle, soit en faveur des organismes où il exerce ou auxquels il prête son concours, soit en faveur d'une cause qui ne soit pas d'intérêt général.

[modifier] Utilisation de pseudonymes

  • L’article 75 du Code de déontologie médicale (français) stipule (Article R.4127-75 du code de la santé publique) :
    Conformément à l'article L. 363 du code de la santé publique, il est interdit d'exercer la médecine sous un pseudonyme.

[modifier] Confidentialité

  • L’article 4 du Code de déontologie médicale (français) stipule (Article R.4127-4 du code de la santé publique) :
    Le secret professionnel, institué dans l’intérêt des patients, s’impose à tout médecin dans les conditions établies par la loi. Le secret couvre tout ce qui est venu à la connaissance du médecin dans l’exercice de sa profession, c’est-à-dire non seulement ce qui lui a été confié, mais aussi ce qu’il a vu, entendu ou compris.

[modifier] Responsabilité

  • L’article 69 du Code de déontologie médicale (français) dispose (Article R.4127-69 du code de la santé publique) :
    L’exercice de la médecine est personnel ; chaque médecin est responsable de ses décisions et de ses actes.
  • L’article 70 du Code de déontologie médicale (français) dispose (Article R.4127-70 du code de la santé publique) :
    Tout médecin est, en principe, habilité à pratiquer tous les actes de diagnostic, de prévention et de traitement. Mais il ne doit pas, sauf circonstances exceptionnelles, entreprendre ou poursuivre des soins, ni formuler des prescriptions dans des domaines qui dépassent ses connaissances, son expérience et les moyens dont il dispose.

[modifier] Code déontologique

Portail de la médecine – Accédez aux articles de Wikipédia concernant la médecine.