Mozilla Firefox

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Vous avez de nouveaux messages (diff ?).
Pour les articles homonymes, voir Firefox (homonymie). 

Mozilla Firefox
La page d'accueil de Wikipédia sur Mozilla Firefox
Développeur La Fondation Mozilla
Dernière version 2.0 (le 24 octobre 2006)
Environnement Windows, Mac OS X, GNU/Linux, Solaris, FreeBSD, BeOS, ZetaOS
Type Navigateur Web
Licences MPL, GPL et LGPL
Site web www.mozilla-europe.org

Mozilla Firefox [moˈzɪla ˈfaɪəfɒks] (précédemment Phoenix et Mozilla Firebird) est un navigateur Web libre développé et distribué par la Fondation Mozilla aidée de centaines de bénévoles grâce aux méthodes de développement open source. Avant de se concentrer sur Firefox et son compagnon Thunderbird qui, lui, permet de gérer son courrier électronique, Mozilla était surtout connu pour sa suite intégrée de logiciels Internet, d'une conception plus ancienne héritée de Netscape.

Le nom firefox (à ne pas confondre avec fire fox qui signifierait « renard de feu » en anglais) est le nom anglais du panda roux (Ailurus fulgens), un petit mammifère en voie d'extinction et qui est la mascotte du projet. Ce logiciel a connu un succès croissant depuis sa sortie : le 19 octobre 2005, moins d'un an après sa sortie officielle, le nombre de téléchargements avait atteint 100 millions et, depuis le 9 août 2006, ce nombre a dépassé la barre des 200 millions.

La version 2.0 est disponible en téléchargement depuis le 24 octobre 2006, également accompagnée d'une campagne de publicité communautaire invitant les utilisateurs de Firefox à réaliser des vidéos de promotion de leur navigateur.

Sommaire

[modifier] Fonctionnalités

Comme les suites Mozilla et SeaMonkey, Opera ou Maxthon (surcouche d'Internet Explorer), Firefox possède des fonctionnalités supplémentaires par rapport au navigateur MSIE, bien que celui-ci ait en grande partie rattrapé son retard dans sa dernière version. Toutefois, la version 2 en comporte moins, dans le but avoué de combattre leur trop grande inflation.

Le navigateur peut ainsi être personnalisé à partir d'une base fiable et épurée. Plutôt que d'être fourni avec un nombre considérable d'options dans une distribution standard, Firefox accepte des centaines d'extensions et de thèmes graphiques, ce qui permet à chaque utilisateur de le modifier à son goût.

Quelques fonctionnalités présentes par défaut dans Firefox :

  • la navigation par onglets ;
  • un bloqueur de fenêtres intruses (appelées aussi pop-ups) ;
  • un système de moteurs de recherche intégré et facilement personnalisable ;
  • les marque-pages dynamiques (lecteur de flux d'informations aux formats RSS et Atom) ;
  • un gestionnaire de téléchargement avancé ;
  • un correcteur orthographique intégré ;
  • un filtre anti-hameçonnage (filoutage) ;
  • compatibilité IPv6 à partir de la version 0.9 mais une version récente (minimum 1.0.4) est recommandée pour un fonctionnement optimal.

[modifier] Respect des standards du Web

La Fondation Mozilla, par l'intermédiaire de son moteur de rendu Gecko, fait tout pour que Firefox soit le plus respectueux possible des normes et standards, en priorité ceux du W3C. Ainsi, le navigateur supporte les standards du web les plus basiques comme HTML, CSS (toutefois, il ne passe toujours pas le test Acid2), XHTML, XML et JavaScript, mais aussi DOM, MathML, XSL ou encore XPath.

Comme la plupart des navigateurs actuels, Firefox permet d'afficher des images translucides au format PNG. Cette translucidité n'étant pas gérée correctement par le navigateur le plus représenté sur le marché, Internet Explorer, c'est à un vrai dilemme que sont confrontés les gestionnaires et graphistes de sites Internet, souvent obligés de se limiter à la transparence binaire du format GIF.

Les contributeurs Mozilla sont constamment en train d'améliorer le support des standards de Firefox, et plus particulièrement le CSS niveau 2 et le futur CSS niveau 3, ou d'ajouter de nouvelles fonctionnalités comme le rendu de SVG, APNG ou XForms. Un support natif, bien que partiel, de SVG 1.1 est notamment activé dans Firefox 1.5 grâce à la bibliothèque graphique Cairo.

[modifier] Paramétrer et optimiser Firefox

Panneau d'options de Firefox 2.0
Agrandir
Panneau d'options de Firefox 2.0

Firefox dispose d'un panneau d'options assez complet permettant de configurer une grande partie du navigateur. Toutes les barres d'outils sont également entièrement paramétrables.

Pour les utilisateurs avancés, le fait de taper about:config dans la barre d'adresse permet de configurer de nombreux éléments pointus inaccessibles depuis la fenêtre d'options (une liste non-exhaustive est présente sur Geckozone[1]).

Il faut cependant être vigilant à ne pas faire de manipulations hasardeuses à cet endroit car celles-ci se font alors sans garde-fou et peuvent altérer le fonctionnement du logiciel de manière importante.

Il existe par ailleurs des logiciels comme FireTune qui permettent d'optimiser automatiquement Mozilla Firefox[2].

[modifier] Historique et développement

Le projet Firefox commence dès le printemps 2002, sous l'apparence d'une branche expérimentale du projet Mozilla conduite par David Hyatt et Blake Ross. Ils considéraient que le succès du projet Mozilla était compromis, tant par les besoins commerciaux du commanditaire Netscape que par l'expansion incessante des fonctionnalités induite par ses propres développeurs.

La suite Mozilla intègre en effet des fonctionnalités comme la gestion du courrier électronique, de l'IRC et des forums Usenet, ainsi qu'un éditeur HTML. Le projet mozilla/browser, rapidement surnommé Phoenix, a donc été créé afin de combattre ce gonflement perçu comme néfaste et fournir un navigateur plus simple à utiliser. Les développeurs principaux actuels de Firefox sont Ben Goodger, (qui a récemment été embauché par Google mais continue de travailler à temps plein sur le projet) et Blake Ross. David Hyatt, quant à lui, est parti chez Apple Computer et s'occupe maintenant du navigateur Safari, basé non pas sur le moteur de rendu Gecko de Firefox, mais sur KHTML celui de Konqueror (Navigateur du Gestionnaire de Bureau KDE).

L'utilisation de XUL rend possible l'extension des capacités du navigateur à travers l'utilisation de thèmes graphiques (skins) et d'extensions. Cependant, le processus de développement et d'installation de ces ajouts a également soulevé des problèmes potentiels de sécurité. C'est ainsi qu'avec la sortie de Firefox 0.9, la Fondation Mozilla a ouvert un site Web « Mozilla Update » contenant des thèmes et extensions « approuvés », les extensions provenant d'autres sites devant être dorénavant explicitement autorisées par l'utilisateur suivant un fonctionnement similaire au bloqueur de fenêtres surgissantes intégré.

L'utilisation de XUL positionne Firefox au-dessus des autres projets basé sur le moteur de rendu Gecko de Mozilla, comme Galeon, Epiphany, K-Meleon, Camino et la plupart des autres navigateurs par sa flexibilité. La plupart de ces projets ont été lancés avant Firefox, et lui ont probablement servi d'inspiration.

Firefox est finalement en passe de remplacer la suite Mozilla pour l'utilisateur final. Aussi, plusieurs des fonctionnalités de la suite Mozilla (comme le client IRC) sont maintenant disponibles en tant qu'extensions facultatives à Firefox.

Pour le lancement de la version 1.0 (le 9 novembre 2004), la fondation Mozilla lança une vaste campagne de publicité par le biais du site Spread Firefox[3] et publia le 19 décembre de la même année une page complète de publicité dans le New York Times grâce aux dons de milliers de personnes.

Cette version de Firefox constitue la base de développement du navigateur Netscape 8.0.

Les forums de discussion officiels sur Mozilla Firefox sont hébergés par MozillaZine, un blog parlant de tout ce qui concerne Mozilla. MozillaZine est tenu par un groupe de personnes et n'est pas directement affilié à la fondation Mozilla.

[modifier] Changement de nom

Le logo de Firefox (http://www.mozilla.org/products/firefox/buttons.html)

En septembre 2002, une fois le logiciel suffisamment développé pour être utilisable, la première compilation, en phase de test, a été publiée sous le nom de « Phoenix ».

Le nom Phoenix a perduré jusqu'au 14 avril 2003, où il a dû être changé car la marque était déjà détenue dans ce domaine par le constructeur de BIOS Phoenix Technologies. Le nouveau nom, Firebird (oiseau de feu), ne rencontra pas un grand enthousiasme ; de plus ce nom était déjà utilisé par un autre projet code source libre, le gestionnaire de bases de données FirebirdSQL. Fin avril 2003, la Fondation Mozilla a donc publié un communiqué indiquant qu'il fallait se référer au navigateur en utilisant le nom Mozilla Firebird pour éviter la confusion. Cependant, la pression constante de la communauté força un nouveau changement, et le 9 février 2004, Mozilla Firebird fut finalement renommé Mozilla Firefox.

Le nom « Firefox » a été choisi pour ses similarités avec « Firebird », mais aussi car il était unique dans l'industrie informatique. Pour s'assurer qu'un nouveau changement de nom ne serait pas nécessaire, la Fondation Mozilla avait d'ailleurs, en décembre 2003, lancé une procédure d'enregistrement du nom Firefox comme une marque déposée aux États-Unis[4].

Si certains utilisateurs ont été irrités par ces changements de nom successifs, d'autres ont pris cela avec philosophie ; il existe une extension Firesomething (Firebidule) permettant à l'utilisateur de changer le nom de son navigateur, de façon fixe ou aléatoire[5].

[modifier] Marque et identité

Une des améliorations les plus visibles est la nouvelle identité visuelle de Firefox et de Thunderbird[6]. Les applications avec un code source libre souffrent fréquemment d'une facture graphique et d'icônes pauvres créés par les programmeurs, et peu de ces logiciels possèdent une identité forte. Firebird et Phoenix étaient auparavant considérés comme ayant un aspect graphique acceptable, mais pas toujours au même niveau que beaucoup d'applications professionnelles.

En octobre 2003, le designer professionnel Steven Garrity a publié sur son site Web un article décrivant tout ce qu'il considérait comme bancal dans l'image de Mozilla[7]. Celui-ci a reçu énormément d'attention et la plupart des critiques suscitées par l'article consistaient à dire « où est la rustine ? », une façon de dire dans la communauté du logiciel libre « si vous n'aimez pas un aspect du logiciel, arrangez-le vous même ».

Peu après, la Fondation Mozilla a invité Garrity à prendre la tête de sa nouvelle équipe d'identité visuelle[8]. La sortie de Firefox 0.8 en février 2004 a suscité un nouvel effort sur la marque, présentant notamment de nouveaux logos dessinés par Jon Hicks, qui avait travaillé précédemment sur Camino. La version finale du logo vient d'un concept de Daniel Burka et d'un croquis de Stephen Desroches.

L'animal montré dans le logo est à la base un renard stylisé, bien que « firefox » soit le nom commun anglais pour le panda rouge. Le panda selon Hicks ne correspondait pas vraiment à l'image qu'évoque le nom. Cependant, l'animal étant vu de dos, il n'y a pas vraiment de contradiction (pourvu que l'on passe sur la patte avant, qui est censée être noire, et non rousse, sur le panda rouge) et l'on peut aussi bien l'interpréter comme étant le panda rouge, mascotte officielle du projet.

[modifier] Anecdote : « délicieuses délices »

Les premières sorties de Firefox comportaient une option qui décrivait les cookies de la façon suivante : « Cookies are delicious delicacies », littéralement : « Les cookies sont de délicieuses délices. »

La phrase était un symbole du sens de l'humour caustique des programmeurs, et une réflexion générale sur l'approche non-conventionnelle du mouvement open source. Elle fut ensuite reprise dans un livre d'informatique publié par O'Reilly.

Cependant, à la suite d'une réflexion sur la croissance massive de l'utilisation de Firefox sur Internet, le texte a été changé en « Les cookies sont des informations stockées sur votre ordinateur par les sites Web. Ils sont utilisés pour conserver des informations de connexion et d’autres données. » Cette révision a été considérée comme plus utile pour les utilisateurs moins concernés par la technique ; Firefox représentant le désir de la fondation Mozilla de devenir accessible à tout public.

Le texte original avait été inséré par Blake Ross, un des développeurs principaux de Firefox. Son remplacement a été effectué par Mike Connor. Suite au changement, on a pu observer le dialogue suivant sur IRC :

<blake2> Félicitations mconnor
<blake2> tu viens de détruire une légende !

Le 22 août 2004, Jesse Ruderman produit la version 0.1 de l'extension « Délicieuses délices »[9]. Cette extension restaure l'ancienne version de la description des cookies. La traduction française commet une faute en affichant « Les cookies sont de délicieux délices. », ce dernier mot étant féminin au pluriel.

[modifier] Anecdote about:Mozilla

En tapant about:Mozilla dans la barre d'adresse, on a une page spéciale parodiant la lutte des navigateurs.

« Alors, au final, la bête fut vaincue et les infidèles se réjouirent. Mais tout n'était pas perdu, car des cendres s'éleva un majestueux oiseau. L'oiseau scruta les infidèles et lança sur eux le feu et le tonnerre. Dès lors que la bête fut réincarnée et sa puissance renouvelée, les disciples de Mammon se tapirent dans l'horreur. »

d'après Le Livre de Mozilla, 7:15

Inutile de préciser que Mammon n'est autre que Microsoft !

[modifier] Internationalisation

Depuis sa version 0.5 en 2003, le navigateur est disponible en français grâce au projet Frenchmozilla hébergé sur Sourceforge. Depuis la version 1.0 de Firefox, les traductions sont directement hébergées sur le site de Mozilla et le téléchargement est proposé directement dans la langue utilisée par le navigateur actuel. Le navigateur Firefox est actuellement (au 6 août 2006) disponible en 42 langues (dont l'hébreu et le chinois), toutes les traductions étant des réalisations de groupes indépendants de la fondation Mozilla.

[modifier] Historique des sorties

Voir l’article Historique des sorties de Mozilla Firefox.
  • Première version stable : Mozilla Firefox 1.0 (Phoenix) — 9 novembre 2004
  • Version stable actuelle : Mozilla Firefox 2.0 (Bon Echo) — 24 octobre 2006
  • Dernières versions expérimentales actuelles :
    • Firefox 3.0 α1 (Gran Paradisio) — compilations horaires

[modifier] Développements futurs

Selon la feuille de route de Firefox, la prochaine étape importante du développement futur du navigateur sera représenté par la version 3.0[10].

Cette future version sera bien mieux intégrée à Mac OS X et sera supportée par XULRunner, c'est-à-dire qu'elle utilisera le même moteur que les logiciels basés sur le moteur Gecko (Mozilla Thunderbird, etc.) ce qui permettra des gains en performance. D'après les développeurs, cette version passera avec brio le célèbre test Acid2 qui permet de mesurer le respect des spécifications du langage CSS, tout comme le font déjà des navigateurs comme Opera, Safari, Konqueror...

[modifier] Contributions externes

  • Les projets Portable Firefox[11] et Portable Firefox Live[12] permettent de lancer Firefox à partir d'une clé USB ou tout autre périphérique externe réinscriptible.

[modifier] Popularité

Une estimation de l'évolution de la part de marché des principaux navigateurs Web
Agrandir
Une estimation de l'évolution de la part de marché des principaux navigateurs Web

D'après une étude de XiTi réalisée du 28 août 2006 au 03 septembre 2006, plus d'un internaute européen sur cinq utiliserait Firefox comme navigateur web[13] (contre un sur sept un an plus tôt).

Le 19 octobre 2005, Firefox a passé la barre des 100 millions de téléchargements depuis Spread Firefox. Il ne s'agit cependant pas d'un indicateur fiable du nombre d'utilisateurs. En effet, beaucoup d'utilisateurs l'ont téléchargé de nombreuses fois, et un téléchargement peut conduire à plusieurs installations. De même, un téléchargement ne signifie pas forcément l'utilisation du navigateur par la suite.

Le compteur de téléchargements ne tient pas compte :

  • des versions Beta, Alpha et Nightlies, (seulement des versions finales) ;
  • des installations qui se font par le système automatique de mise à jour ;
  • des téléchargements pour les distributions Linux passant par un système de paquet ;
  • des téléchargements effectués par des systèmes tiers comme download.com.

W3C, le consortium du Web, propose une page de statistiques[14] du site, où on peut constater que Firefox a atteint la barre des 25% en janvier 2006. Le site propose de la documentation sur les standards du Web, et touche particulièrement les développeurs du Web. Ces statistiques ne doivent pas être considérées comme réalistes, mais démontrent clairement la tendance des développeurs.

[modifier] Les systèmes incluant Mozilla Firefox

Firefox est un logiciel libre fonctionnant sur de nombreux systèmes d'exploitation. Ainsi, on peut installer Firefox sur les systèmes suivants :

Voici la liste des principales distributions Linux qui intègrent Firefox par défaut :

[modifier] Notes

  1. Préférences cachées de Firefox : le best-of
  2. Présentation de Firetune
  3. Spread Firefox
  4. Procédure lancée auprès de l'office fédéral des marques et brevets
  5. Présentation des extensions pour Firefox
  6. (en) FAQ sur l'identité de Firefox
  7. (en) Article de Steven Garrity
  8. Extension « Délicieuses délices »
  9. (en) Présentation de la feuille de route
  10. (en)Présentation de Portable Firefox
  11. (en)Présentation de Portable Firefox Live
  12. Étude de XiTi du 28/08/2006 au 03/09/2006.
  13. (en) Page de statistiques sur W3C

[modifier] Voir aussi

Wikimedia Commons propose des documents multimédia sur Mozilla Firefox.

[modifier] Articles connexes

[modifier] Bibliographie

  • Pascal Chevrel, Mozilla Firefox et Thunderbird, CampusPress, coll. « Kit Campus », Paris, 2005, 238 p. (ISBN 2-7440-1937-2)
  • Marthe Grey, Firefox et Thunderbird 1.5, Eyrolles, coll. « Mémento », Paris, 2006 (ISBN 2-212-11780-9)
  • Émmanuel Cornet, Passer à Firefox et oublier Internet Explorer, H & K, coll. « Technique et pratique », Paris, 2005 (réimpr. 2006), 125 p. (ISBN 2-914010-91-5)
  • Alexandre Boni et Nicolas Stemart, Firefox & Thunderbird, Micro Application, coll. « Super poche », Paris, 2005, 442 p. (ISBN 2-7429-6253-0)
  • Thierry Trubacz (préface de Tristan Nitot), Firefox : Un navigateur web sûr et rapide, Eyrolles, coll. « Accès libre », Paris, 2005, 194 p. (ISBN 2-2121-1604-7)
  • Nigel Macfarlane, Firefox à 200%, O'Reilly, coll. « À 200 % », Paris, 2005, 399 p. (ISBN 2-8417-7377-9)

[modifier] Liens externes

[modifier] Sites officiels

[modifier] Aide et communauté francophone

[modifier] Autres ressources

Portail des logiciels libres – Accédez aux articles de Wikipédia concernant les logiciels libres.