Pologne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Vous avez de nouveaux messages (diff ?).
Image:ltspkr.png Rzeczpospolita Polska (pl)
République de Pologne (fr)
Drapeau de la Pologne Blason
(Détails) (Détails)
Devise nationale : Aucune
Langues officielles Polonais
Capitale Varsovie
Président
Premier ministre
Lech Kaczyński
Jarosław Kaczyński
Superficie
 - Totale
 - Eau (%)
Classé 68e
312 685 km²
2,6%
Population
 - Totale (2006)
 - Densité
Classé 32e
38 635 144 hab.
123,5 hab./km²
Indépendance
 - Date
De la Russie, l'Allemagne et l'Autriche-Hongrie
11 novembre 1918
Gentilé Polonais
Monnaie złoty (zł) (PLN)
Fuseau horaire UTC +1
Hymne national Mazurek Dąbrowskiego
Domaine internet .pl
Indicatif
téléphonique
+48


La Pologne (Rzeczpospolita Polska en polonais) est un pays d'Europe centrale peuplé par plus de 38 000 000 d'habitants. Il est frontalier de l'Allemagne, de la Biélorussie, de la République Tchèque, de la Slovaquie, de l'Ukraine et de la Lituanie, ainsi que de l'enclave russe de Kaliningrad. Depuis le 1er mai 2004, elle fait partie de l'Union européenne.

Voir la galerie de photos sur la Pologne

Sommaire

[modifier] Géographie

Carte de la Pologne
Agrandir
Carte de la Pologne

Le paysage polonais consiste presque entièrement en terres constituant la Plaine Européenne du Nord. Le sud est cependant marqué par le massif des Carpathes qui forme une frontière naturelle avec la République tchèque et la Slovaquie. Le pays dispose d'une large ouverture sur la Baltique facilitant les exportations de produits agricoles ou manufacturés et de matières premières (charbon), et permettant la création de chantiers navals. La frontière avec l'Allemagne a été fixée sur la ligne Oder-Neisse du nom du fleuve et de son affluent situés à l'ouest du pays

Principales villes : Varsovie (1,6 million d'habitants), Łódź (803 000), Cracovie (740 000), Wrocław (633 000), Poznań (578 000), Gdańsk (458 000), Szczecin (417 000), Bydgoszcz (387 000), Lublin (356 000), Katowice (345 000)

Voir aussi : Villes de Pologne ~ Les plus grandes villes de Pologne

Photo satellite de La Pologne
Agrandir
Photo satellite de La Pologne


[modifier] Histoire

Articles détaillés : Histoire de la Pologne ~ Chronologie de l'Histoire de la Pologne

16./17.
Agrandir
16./17.

Fondée au Xe siècle sur le territoire des Polanes, la Pologne devient au Moyen Âge une puissance incontournable en Europe centrale. Son premier souverain est Mieszko Ier, fondateur de la dynastie des Piast, qui règne sur la Pologne de 966 à 1370. La capitale est alors Gniezno, à l'Est de Poznań.

Poste avancé de l'Occident catholique romain face aux mondes orthodoxe (russe, biélorusse, ukrainien), païen (balte), et musulman (turco-mongol), elle est aussi confrontée au Drang nach Osten (poussée germanique vers l'est), qu'il vienne du Saint Empire ou des Chevaliers teutoniques. Située au carrefour de plusieurs mondes, et dépourvue de frontières naturelles, la Pologne est extrêmement exposée aux invasions. Celles-ci, particulièrement au XIIIe siècle, ruineront le pays (invasions de la Horde d'Or mongole de 1248 à 1275).

Casimir III le Grand, dernier roi de la dynastie des Piast unifie la Pologne.

Elle atteint son apogée aux XVe et XVIe siècles, sous la dynastie lituanienne des Jagellon, avec Ladislas II. La Rzeczpospolita Obojga Narodów (res publica de deux nations) résultant de l'union du Royaume de Pologne et du Grand-Duché de Lituanie (l'Union de Lublin - 1569), couvre alors un territoire qui « allait de la Baltique à la mer noire » et jusqu'aux portes de Moscou. La capitale était alors Cracovie, en Petite Pologne. Casimir IV réunit même pour une petite période les couronnes de Bohème (1471) et de Hongrie (1490) à celle de Pologne.

La Rzeczpospolita se dota par ailleurs d'un système politique inédit depuis la Rome Antique, l'Aristocratie. Le Roi y était en effet élu, et non héréditaire. Certes, cette « république » ne donnait le droit de vote qu'aux seuls nobles. Cela représentait toutefois presque 10 % de la population et plus encore autour de Varsovie, devenue capitale au XVIIe siècle. Les nobles obligèrent le roi à céder de ses prérogatives, notamment en ce qui concernait les impôts, l'armée et la justice. Ainsi, le monarque polonais, à l'époque où les monarchies européennes (France, Espagne, Autriche, Prusse) « s'absolutisaient », était au contraire affaibli.

Kazimierz Dolny
Agrandir
Kazimierz Dolny

La tolérance religieuse était une autre caractéristique majeure de la Rzeczpospolita. Si la majeure partie des paysans était restée catholique, de nombreux nobles s'étaient convertis au protestantisme, luthérien mais surtout calviniste. Par ailleurs, la Pologne avait donné abri (en particulier dans la ville de Leszno) aux « Frères tchèques » (Hussites) qui voulaient échapper à la re-catholicisation de la Bohême entreprise par les Habsbourg. Enfin, la Rzeczpospolita comptait une très importante population juive (5 à 10 % de la population totale), en particulier dans les villes et surtout dans la partie orientale du pays.
En 1570, l'Accord de Sandomierz prônait la coexistence pacifique des religions. Il fut renforcé en 1572 par la Confédération de Varsovie. La tolérance était si grande que la noblesse polonaise contraignit Henri de Valois (1572-1574, futur Henri III en France), pour être élu roi de Pologne, à accorder plus de libertés aux protestants français.
Mais cette tolérance se réduisit progressivement au XVIIe siècle, en particulier après 1655, quand la Suède protestante envahit la Pologne et fut arrêtée à Częstochowa, devant le sanctuaire marial de Jasna Góra.

Histoire de la Pologne


En 1683, Jean III Sobieski, arrête une offensive turque de grande ampleur sous les murs de Vienne. Malgré cet exploit, la Rzeczpospolita est peu à peu victime d'un long déclin, du fait de son système politique anarchique, et des nombreuses invasions (suédoises, russes, turques, prussiennes). À la fin du XVIIIe siècle, la Pologne perd son indépendance, partagée trois fois successivement entre ses voisins (1772, 1793 et 1795). La première division de la Pologne, en 1772, conduisit à un sursaut civique. Ce sursaut amena en 1791 à la proclamation d'une Constitution, nettement moins « révolutionnaire » que celle de la France, mais néanmoins perçue comme trop dangereuse pour ses voisins.

Tout au long du XIXe siècle, la Pologne se vit écartelée, partagée entre la Russie, la Prusse (puis l'Allemagne), et l'Autriche (puis l'Autriche-Hongrie). Elle ne recouvre son indépendance qu'en novembre 1918.

Comme la plupart des pays d'Europe du Centre-Est, à l'exception de la Tchécoslovaquie, les idéaux démocratiques des premiers temps ne durèrent pas. Le régime devint rapidement autoritaire, notamment sous l'influence de Józef Piłsudski.

L'invasion allemande du 1er septembre 1939 déclenche la Seconde Guerre mondiale. La Wehrmacht atteint Varsovie en 7 jours grâce à sa stratégie du « blitzkrieg » et à sa supériorité technologique (la capitulation de Varsovie : le 28 septembre 1939). À l'est, l'invasion soviétique du 17 septembre anéantit tout espoir de résistance. Le pays est à nouveau partagé, cette fois-ci entre l'Allemagne nazie et l'Union Soviétique.

À la fin du 2e conflit mondial, les Soviétiques conservent la partie orientale du pays, annexée en 1939, et la Pologne « glisse » vers l'ouest, en absorbant le sud de la Prusse Orientale, la Poméranie et la Silésie. Une partie du prétexte utilisée par Moscou pour chasser les Allemands de ces territoires, qu'ils peuplaient depuis déjà plusieurs siècles, est que c'est territoires étaient historiquement Polonais. Elle devient une république populaire inféodée à Moscou, et membre du Pacte de Varsovie.

Premier pays du Pacte à se libérer de l'emprise soviétique, et à former un gouvernement non lié au bloc soviétique en 1989, la Pologne fait partie, depuis 1999, de l'OTAN. En 2003, les USA lui attribuent le commandement d'une zone d'occupation en Irak.

Elle a intégré l'Union européenne le 1er mai 2004.

[modifier] Politique

Article détaillé : Politique en Pologne

La Pologne est une république. Le Premier ministre est le président du Conseil des ministres. Son gouvernement est responsable devant la chambre basse. Le Président, élu au suffrage universel direct pour 5 ans, est le chef de l'État. Il nomme le chef du gouvernement et dispose d'un droit de veto qui ne peut être levé par la chambre basse qu'à la majorité qualifiée des trois cinquièmes. Le parlement est composé de deux chambres : la Diète - en polonais Sejm composée de 460 sièges et le Sénat composé de 100 sièges.

Le 5 mai 2006, le gouvernement polonais voit l'entrée en charge de plusieurs ministres proches de l'extrême-droite : Roman Giertych, dirigeant de la Ligue des familles polonaises (LPR - Liga Polskich Rodzin), est à la tête de l'éducation nationale. Ce dernier à l'intention d'insister dans les programmes scolaires sur « les valeurs chrétiennes de la Pologne éternelle »[1]. Quant à Andrzej Lepper, leader du Samoobrona (« Autodéfense »), il reçoit le poste de vice-Premier ministre chargé de l'Agriculture. Les ministères du travail et du bâtiment tombent également aux mains de Samoobrona. Ce cabinet de coalition, négocié par Jaroslaw Kaczynski, soulève l'inquiétude d'une partie des Polonais, notamment des étudiants.

Liste des présidents de la Pologne
Premiers ministres de la Pologne

[modifier] Démographie

Article détaillé : Démographie de la Pologne

Évolution de la démographie entre 1961 et 2003 (chiffre de la FAO, 2005). Population en milliers d'habitants.
Agrandir
Évolution de la démographie entre 1961 et 2003 (chiffre de la FAO, 2005). Population en milliers d'habitants.


[modifier] Voïvodies

Article détaillé : Voïvodie

La Pologne est subdivisée en 16 régions administratives appelées voïvodies ou voïévodies (województwa au pluriel et województwo au singulier). Ces voïvodies étaient au nombre de 49 entre 1975 et 1999 avant de revenir à leur taille traditionnelle.


  1. Dolnośląskie
  2. Kujawsko-pomorskie
  3. Lubelskie
  4. Lubuskie
  5. Łódzkie
  6. Małopolskie
  7. Mazowieckie
  8. Opolskie
  9. Podkarpackie
  10. Podlaskie
  11. Pomorskie
  12. Śląskie
  13. Świętokrzyskie
  14. Warmińsko-mazurskie
  15. Wielkopolskie
  16. Zachodniopomorskie

[modifier] Économie

Article détaillé : Économie de la Pologne

Varsovie - district financier
Agrandir
Varsovie - district financier
Varsovie - banques
Agrandir
Varsovie - banques

Le 12 septembre 1989, l'ancien dirigeant de Solidarność Tadeusz Mazowiecki forme le premier gouvernement polonais non communiste depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale en Europe Orientale.

Vice-Premier ministre et ministre des Finances au sein de ce gouvernement, Leszek Balcerowicz va mettre en œuvre une politique rigoureuse visant à assurer la transition de l'économie planifiée vers l'économie de marché. Ce plan - connu sous le nom de « thérapie de choc » - a permis la maîtrise de l'hyperinflation qui ruinait l'économie polonaise et une rapide transition vers une économie de marché.

Après une première phase difficile se caractérisant par une forte inflation, la dévaluation de la monnaie, des fermetures d'entreprises et une forte hausse du chômage, cette politique a permis le développement et la modernisation de l'économie polonaise. Elle a abouti au retour de la croissance dès 1993, à une amélioration sensible du niveau de vie de la population, permettant une augmentation de la consommation, une baisse de l'inflation, une stabilisation du zloty, une augmentation des échanges commerciaux et d'importants flux d'investissements directs étrangers.

Le 23 décembre 1991, après avoir initié cette politique, Leszek Balcerowicz, considéré comme le père des réformes économiques et le principal architecte de la profonde mutation de la Pologne au cours des années 90, au sortir de quarante années de communisme, quitte son poste au ministère des Finances et est remplacé par Karol Lutkowski.

L'embellie de l'économie polonaise dûe à la « thérapie de choc » s'est poursuivie jusqu'en 1997, avec cette année-là un taux de chômage passant sous la barre des 10 %. Depuis, la Pologne connaît de nouveaux problèmes : après avoir dépassé le seuil des 20 % en 2004, le taux de chômage reste supérieur à 19 % au début de l'année 2005.

[modifier] Quelques chiffres

  • PIB : 512 900 000 000 PLN(2005)
    • croissance 2004 : 5,7 %
    • croissance annuelle moyenne 1990-2003 : 4,7 %
    • répartition par secteurs en 2003 :
      • agriculture-forêt : 3 %
      • construction : 7 %
      • transport : 7 %
      • industrie : 22 %
      • commerce et services : 56 %
      • autres : 5 %
  • Taux d'inflation : 0,4 % (03.2006)
  • Revenu par habitant : 15 200$ (2006), Varsovie - 37 000$ (2005)
  • Taux de chômage : 17,3 % (novembre 2005), Varsovie - 5,7% (novembre 2005),
  • Commerce extérieur (2004) : 92 720 000 000 $ d'exportations et 95 670 000 000 $ d'importations.

Le premier partenaire commercial de la Pologne est l'Allemagne. La France est le deuxième client et le quatrième fournisseur du pays. Les autres principaux partenaires sont l'Italie, la Russie, la Grande-Bretagne, la République tchèque, la Chine, les Pays-Bas.

  • Dette publique/PIB : 51,6 % (2003)
  • Taux d'intérêt au : 6,5 % (16 février 2005)
  • Taux de change du złoty : 1 € = 3,9265 PLN ; 1 $ = 3,2071 PLN (18 avril 2006)

[modifier] Minorités (les chiffres sont très controversés)

  • Allemands (de 147 000 à 500 000)
  • Biélorusses (de 48 700 à 200 000)
  • Tchèques (de 2 000 à 3 000)
  • Lituaniens (de 5 800 à 25 000)
  • Ukrainiens et Ruthènes (inclus les Lemkos de 5 800 à 7 000), (de 39 000 à 300 000)
  • Arméniens (de 300 à 15 000)
  • Tsiganes (de 12 800 à 60 000)
  • Russes (de 3 800 à 15 000)
  • Slovaques (de 2 000 à 25 000)
  • Tatars (de 490 à 5 000)
  • Juifs (de 1 100 à 10 000)
  • Karaïmes ou Karaïtes (de 50 à 80 000)
  • Cachoubes (dénombrement particulièrement incertain, allant de 5 000 parlant la langue comme jusqu'à 100 000 personnes, voire 300 000, les Cachoubes se déclarant généralement comme Polonais)
  • Silésiens (comme les Cachoubes ils se déclarent le plus souvent comme Polonais, leur nombre total est environ 1 500 000)
  • Grecs et Macédoniens (de 2 000 à 4 500) (minorité nationale reconnue sous le régime communiste, ils ne le sont plus dans la Pologne actuelle parce qu'il s'agit d'une minorité issue de l'immigration, des réfugiés de la guerre civile en Grèce de 1946-1949, au sein desquels les slavophones ont fini par demander une reconnaissance distincte en tant que Macédoniens)

Il y a environ 40 000 ressortissants étrangers en Pologne, majoritairement originaires d'autres pays d'Europe orientale (Russie, Biélorussie, Ukraine...) mais aussi d'Extrême-Orient (Chine et Viêt-Nam).

La diaspora polonaise (Polonia) compte 20 millions de personnes de souche polonaise.

[modifier] Culture

[modifier] Culture populaire

[modifier] Le folklore polonais

Souvent réduit à tort aux simples prestations des ballets Slask et Mazowsze par une grande partie de la polonité, le folklore polonais reste cependant pratiqué assidûment par un grand nombre de Polonais de tous âges et de toutes classes sociales.

Ceci est en partie dû à la volonté et au travail exceptionnels de préservation de ce folklore. Artisan de cette préservation : Oskar Kolberg qui parcourut la Pologne au XIXe siècle afin de répertorier le maximum de mélodies, de poèmes et de danses, région par région. Ce travail de recherche est d’ailleurs disponible dans son chef d’œuvre de plus de 50 tomes : « LUD » (le peuple).

Ainsi, de nombreux groupes se sont créés et revendiquent encore aujourd’hui leurs régions d’origine, teintées de mélodies typiques et de pas de danse très particuliers d’une région à l’autre. Notons néanmoins qu’il existe 5 danses nationales popularisées pour la plupart par Chopin : le krakowiak (danse de Cracovie), l’oberek, la polonaise, le mazur et le kujawiak.

L’exemple le plus frappant de cette préservation des traditions folkloriques reste la région des Podhale près de Zakopane ; cette région montagneuse conserve ses traditions dans la vie quotidienne et dans les comportements mais surtout continue à conserver sa musique grâce au développement touristique et aux karczma (taverne où l’on peut écouter de la musique montagnarde).

Enfin, depuis les années 1960 et l’apparition de la polonia (polonité : ensemble des personnes d’origine polonaise dans le monde), de nombreux groupes étrangers de folklore polonais sont apparus afin de perpétuer les traditions.



[modifier] Cuisine polonaise

Voir cuisine polonaise.

[modifier] Liste de Polonais célèbres

Article détaillé : Liste de Polonais célèbres

[modifier] Liste d'artistes polonais célèbres

[modifier] Liste des écrivains polonais célèbres

[modifier] Liste des musiciens polonais célèbres

[modifier] Liste des artistes plasticiens polonais

[modifier] Philosophes polonais


[modifier] Fêtes et jours fériés

Date Nom français Nom local Remarques
1er janvier Jour de l'an Nowy Rok
Un lundi de mars ou avril (fête mobile) Lundi de Pâques Wielkanoc En 2006, le 17 avril
1er mai Fête du travail Święto Pracy
3 mai Fête nationale Święto Konstytucji 3go Maja Constitution de 1791
Un jeudi de mai ou de juin (fête mobile) Fête Dieu Boże Ciało
15 août Fête de Saint Marie Święto Wniebowstąpienia Najświętszej Marii Panny
1er novembre Toussaint Wszystkich Świętych
11 novembre Jour de l'indépendance Dzień Niepodległości
25 et 26 décembre Noël Boże Narodzenie

[modifier] Sources

  1. Véronique Soule, Maja Zoltowska, « La Pologne à droite toute », dans Libération web, 13 mai 2006

[modifier] Voir aussi


Drapeau européen Les pays d'Europe Drapeau européen
Les 46 États membres du Conseil de l'Europe
Les 25 États membres de l’Union européenne
Allemagne · Autriche · Belgique · Chypre · Danemark · Espagne · Estonie · Finlande · France · Grèce · Hongrie · Irlande · Italie · Lettonie · Lituanie · Luxembourg · Malte · Pays-Bas · Pologne · Portugal · Royaume-Uni · Slovaquie · Slovénie · Suède · République tchèque
Les 5 États en pourparlers d'adhésion à l'Union européenne
Bulgarie · Croatie · Macédoine · Roumanie · Turquie
Les 4 États membres de l’Association européenne de libre-échange
Islande · Liechtenstein · Norvège · Suisse
Les 12 autres États membres du Conseil de l'Europe
Albanie · Andorre · Arménie · Azerbaïdjan · Bosnie-Herzégovine · Géorgie · Moldavie · Monaco · Russie · Saint-Marin · Serbie · Ukraine
Les 4 autres États non membres du Conseil de l’Europe
Biélorussie · Kazakhstan · Monténégro · Vatican
Portail de la Pologne – Accédez aux articles de Wikipédia concernant la Pologne.