Tōkyō

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Vous avez de nouveaux messages (diff ?).
Note : cette page contient des caractères japonais (Kanji, hiragana, katakana...).
Voyez l'aide sur Unicode ou testez votre navigateur si l'affichage est incohérent (carrés, points d'interrogation ou autres caractères incorrects).
Tōkyō
Agrandir
Tōkyō
Emplacement de Tōkyō
Agrandir
Emplacement de Tōkyō

Tōkyō est la capitale du Japon depuis 1868.

Son nom 東京 signifie « capitale de l’Est » (par opposition à Kyōto, capitale précédente, située plus à l'ouest) ; son ancien nom japonais est Edo (江戸), « porte de la rivière », en référence à la rivière Sumida qui la traverse. Les habitants de Tōkyō sont appelés les « Tokyotes » ou les « Tokyoïtes » ou par les Japonais les Edokko.

Sommaire

[modifier] Présentation

Les 23 arrondissements (en jaune) de la préfecture de Tōkyō
Agrandir
Les 23 arrondissements (en jaune) de la préfecture de Tōkyō
Mairie de Tōkyō et ses tours jumelles, par Kenzō Tange
Agrandir
Mairie de Tōkyō et ses tours jumelles, par Kenzō Tange

Tōkyō se trouve dans la région de Kantō sur l'île de Honshū qui donne sur l’océan Pacifique. La metropole de Tōkyō est en fait l'une des 47 préfectures du Japon (disposant de plus d'autonomie que les autres préfectures) et son nom officiel en ce cas est Tōkyō-to (Préfecture de Tōkyō) (東京都, métropole de Tōkyō), divisée en 23 arrondissements (ku, 区), 26 villes (shi, 市), 5 bourgs (machi, 町) et 8 villages (mura,村).

Les 23 arrondissements spéciaux constituent l'une des définitions de « la ville de Tōkyō ». Il est d'usage de distinguer, en japonais, ces 23 arrondissements de la "municipalité" de Tōkyō (kunai) du territoire environnant de la préfecture desdits 23 arrondissements (toka).

Au nord de la métropole de Tōkyō se trouve la préfecture de Saitama, et au sud la préfecture de Kanagawa qui abrite Yokohama, la deuxième ville du Japon. À l’est, la préfecture de Chiba où se trouve l’aéroport international de Tōkyō, Narita.


[modifier] Administration

Voir l’article Préfecture de Tōkyō.

La ville n'a pas d'administration centralisee. La Métropole de Tokyo qui englobe non seulement les 23 arrondissements mais aussi des zones montagneuses très faiblement habitées à l'ouest ainsi que quelques îles lointaines du Pacifique est l'entité gouvernant la ville.

Depuis 1999, le gouverneur de la Metropole de Tōkyō est Shintarō Ishihara (石原 慎太郎), grand écrivain mais aussi très controversé homme politique japonais d'envergure internationale. Le siège du gouvernement métropolitain de Tōkyō, double bâtiment impressionnant de 50 étages dessiné par Kenzō Tange, se trouve dans le quartier de Shinjuku.

[modifier] Architecture

La ville a été quasiment entièrement détruite par le tremblement de terre du 1er septembre 1923 et par les bombardements américains lors de la deuxième guerre mondiale puis reconstruite sans vision globale par la suite. Contrairement à la capitale historique, Kyōto, Tōkyō a ainsi un plan très alambiqué (ou même les Tokyoïtes se perdent). Ses rues à l'aspect hétérogène (et sans nom pour la plupart) sont un mélange de constructions ultra modernes et de bicoques sans âge. On peut par exemple remarquer l'hôtel de ville trônant au centre de Shinjuku, une sorte de Notre-Dame du XXe siècle.

[modifier] Population

La population totale de la Métropole (2005) est de 12,5 millions d'habitants, pour 8,4 millions dans les 23 arrondissements. Les 23 arrondissements ne sont cependant qu'une partie d'une vaste conurbation, englobant la métropole proprement dite, ainsi que les préfectures de Chiba, Saitama et Kanagawa. Avec 34,47 millions d'habitants (le quart de la population japonaise), cette conurbation est une des plus peuplées au monde.

Tōkyō est réputée être une des villes où l’immobilier est le plus cher au monde (lors du pic de la bulle immobilière de 1991 - 1992, le prix du mètre carré à Ginza, centre commerçant et d’affaires, dépassait 100 000 dollars).

[modifier] Découpage administratif

Les 23 arrondissements de Tōkyō
Agrandir
Les 23 arrondissements de Tōkyō

La ville de Tōkyō n'existe plus d'un point de vue administratif depuis 1943. À cette date, la ville de Tōkyō a été dissoute et ses arrondissements sont devenus indépendants. La zone des 23 arrondissements spéciaux (特別区, Tokubetsu-ku) correspond à l'ancienne municipalité de Tōkyō.

Liste des 23 arrondissements spéciaux formant la ville de Tōkyō.

[modifier] Quartiers principaux

Schéma de la ligne Yamanote (vert)
Agrandir
Schéma de la ligne Yamanote (vert)

Tokyo n'a pas vraiment de centre ville (si ce n'est géographiquement le palais impérial, pourtant interdit au public), et est plutôt composée d'un assemblage de plusieurs grands centres, chacun doté d'une atmosphère bien spécifique :

Quartiers plus modestes :

Voir également l'article sur la préfecture de Tōkyō.

[modifier] Monuments et bâtiments notables

 Tour de Tōkyō plus haute que la Tour Eiffel
Agrandir
Tour de Tōkyō plus haute que la Tour Eiffel
Quartier toujours bondé de Shibuya
Agrandir
Quartier toujours bondé de Shibuya


[modifier] Histoire

[modifier] Edo

Tokugawa Ieyasu
Agrandir
Tokugawa Ieyasu

Après la bataille de Sekigahara en 1600, Ieyasu Tokugawa, devenu shogun, transforme le petit village d’Edo en capitale militaire et administrative, laissant Kyōto être la capitale officielle et la résidence d’un empereur aux pouvoirs réduits. Il inaugure ainsi la période Edo, appelé également l'ère des shoguns. En 1657, un grand incendie détruisit une grande partie de la ville et tua près de 100 000 personnes. La ville compta près d’un million d’habitants dès le XVIIIe siècle (sur trente millions de japonais).

  • 1855 : tremblement de terre

[modifier] Tōkyō

[modifier] Climat

Tōkyō vue par le satellite Landsat
Agrandir
Tōkyō vue par le satellite Landsat

Tōkyō bénéficie d'hivers relativement doux, avec peu ou pas de neige (moyenne minimale de 5 à 6°C en janvier et février). En revanche, les étés sont chauds (moyenne de 26°C mais régulièrement plus de 30°C) et surtout très humides. C'est principalement en raison de ces fortes chaleurs qu'une multitude de distributeurs de boissons (Jidohanbaiki) est disséminée un peu partout dans la ville.

La baie de Tōkyō subit également une saison des pluies (tsuyu) de début juin à mi-juillet et peut subir des tempêtes tropicales ou des cyclones : par exemple le 10 octobre 2004, le typhon Ma-on a fait une dizaine de morts. On a mesuré des vents de 140 km/h et des précipitations importantes (70 mm en une heure). Ce cyclone était le vingt-deuxième de l’aire Asie-Pacifique et le neuvième à frapper directement le Japon depuis juin 2004. La semaine précédente, le typhon Meari, avait fait 22 morts et six disparus.

[modifier] Transcription du nom de Tōkyō

Prononcé /tɔkjo/ en français, Pour écouter, cliquer sur le lien "ainsi en japonais" ainsi en japonais Fiche, écrit en japonais 東京. La méthode Hepburn donne la graphie Tōkyō (le ō note un o long), la méthode Kunrei propose Tôkyô et la méthode JSL, Tookyoo. On notera également que l’ancienne graphie Tokio – qui était utilisée en français au début du XXe siècle – est toujours utilisée en allemand.

En japonais, les deux « o » de Tōkyō sont des « o » longs et, suivant la méthode Hepburn, un « o » long se transcrit par un « o » surmonté d’un macron (barre horizontale courte). On utilise aussi fréquemment la forme avec accents circonflexes « Tôkyô », soit parce qu'on ne dispose pas du macron, soit parce qu'on désire se conformer à la norme Kunrei.

Le gouvernement japonais autorise également l'utilisation de la graphie « Tohkyoh » sur les passeports, reprenant une représentation des voyelles longues familière aux anglophones.

En français, on ne prononce pas « Tokyo » de la même manière qu'en japonais et l'on écrit généralement « Tokyo », ce qui correspond à la prononciation française /tɔ.kjo/.

Pour la France, l'arrêté du 4 novembre 1993 relatif à la terminologie des noms d'États et de capitales, pris conjointement par le ministre des affaires étrangères et le ministre de l'éducation nationale, « recommande » la seule graphie Tokyo.

[modifier] Villes jumelées


[modifier] Voir aussi

Wikimedia Commons propose des documents multimédia sur Tōkyō.

[modifier] Liens externes

Portail du Japon et de la culture japonaise – Accédez aux articles de Wikipédia concernant le Japon et sa culture.



Shadow picture of Tokyo region Préfecture de Tōkyō Symbol of Tokyo Metropolis
Arrondissements: Adachi | Arakawa | Bunkyō | Chiyoda | Chūō | Edogawa | Itabashi | Katsushika | Kita | Kōtō | Meguro | Minato | Nakano | Nerima | Ōta | Setagaya | Shibuya | Shinagawa | Shinjuku | Suginami | Sumida | Taitō | Toshima
Villes: Akiruno | Akishima | Chōfu | Fuchū | Fussa | Hachiōji | Hamura | Higashikurume | Higashimurayama | Higashiyamato | Hino | Inagi | Kiyose | Kodaira | Koganei | Kokubunji | Komae | Kunitachi | Machida | Mitaka | Musashimurayama | Musashino | Nishitōkyō | Oume | Tachikawa | Tama
Districts (avec bourgs) et sous-préfectures (avec villages): Nishitama (Hinohara - Hinode - Akiruno - Mizuho - Okutama) | Sous-préfecture de Hachijo (Aogashima - Hachijojima) | Sous-préfecture de Miyake (Mikurajima - Miyakejima) | Sous-préfecture d'Ogasawara | Sous-préfecture d'Izu Oshima (Kozushima - Niijima - Izu Oshima - Toshima)